Actualités

CANCER du SEIN : Savoir autodétecter ses formes les plus agressives

Actualité publiée il y a 3 mois 3 semaines 5 jours
Ohio State University Comprehensive Cancer Center
Ces oncologues appellent ainsi à une meilleure éducation des patientes, mais aussi des cliniciens, à la détection de ce type de cancer relativement rare mais très agressif. (Visuel Adobe Stock 85526126)

La plupart des femmes ignorent les signes de ce cancer du sein hyper-agressif, relève cette équipe de l’Ohio State University qui publie aujourd’hui les résultats d’une enquête menée auprès de plus d’1 milliers de femmes. En cause, dans cette insuffisance d’autodétection, des symptômes inhabituels, qui vont fréquemment retarder le diagnostic et le traitement de ce cancer du sein inflammatoire. Ces oncologues appellent ainsi à une meilleure éducation des patientes, mais aussi des cliniciens, à la détection de ce type de cancer relativement rare mais très agressif.

 

Il s’agit d’une enquête nationale menée en ligne auprès de 1.100 femmes américaines âgées de 18 ans et plus qui vise à sensibiliser au dépistage insuffisant d’une forme de cancer mortelle, connue sous le nom de cancer du sein inflammatoire. Ce type de cancer est rare, représentant 1 à 5 % des diagnostiques . C’est un type de cancer agressif, qui se propage rapidement, caractérisé notamment par un sein rouge et inflammé.

 

L'enquête livre les principaux résultats suivants :

  • 4 femmes sur 5, précisément 78 % savent reconnaître une grosseur dans le sein
  • et l’associer à un signe possible de cancer du sein ;
  • moins de la moitié des femmes, soit 44 %, remarquent et vont signaler au médecin une rougeur du sein ;

  • 44 % également et seulement vont détecter et consulter pour un épaississement de la peau du sein ;
  • 34 % en raison d’une sensation « d'un sein plus chaud ou plus lourd que l'autre ».

 

Pourtant, les signes évoqués ci-dessus sont ceux, possibles, de cette forme rare et très agressive de cancer du sein inflammatoire.

 

Le cancer du sein inflammatoire est plus largement, généralement mal diagnostiqué. La maladie peut survenir dans n'importe quelle partie du sein et dans n'importe quelle forme moléculaire. Ses symptômes sont similaires à ceux d’une infection mammaire. Ces signes incluent :

 

  • une texture ressemblant à une peau d'orange ou un capitonnage de la peau ;
  • une sensation de lourdeur ;
  • un resserrement cutané ;
  • un engorgement du sein ;
  • une rougeur de type infection.

 

Consulter en cas de changement visible du sein : l’auteur principal, le Dr Ko Un Park, chirurgien oncologue à l’Ohio State University Comprehensive Cancer Center souhaiter sensibiliser et éduquer les femmes à l’autodétection de ce type de cancer, rare mais agressif : « les femmes doivent savoir que des changements radicaux au sein ne sont pas normaux et que l'auto-examen des seins est très important. Environ 50% des cancers du sein inflammatoires sont diagnostiqués une fois très avancés, stade 4 ».

 

Même au sein de la communauté médicale, les médecins et les professionnels de santé ne sont pas formés à considérer un sein rouge comme un signe possible de cancer du sein inflammatoire, car la maladie est rare : « Bien que le cancer du sein inflammatoire ne représente que 1 à 5 % de tous les cas de cancer du sein, il s'agit bien d'une maladie sournoise et difficile à diagnostiquer. Il est essentiel que les cliniciens connaissent ses signes subtils et soient prêts à prendre des mesures immédiates pour éviter un diagnostic trop tardif ».

 

Une équipe multidisciplinaire spécialisée dans la détection et la prise en charge de ce cancer du sein inflammatoire comprenant des chirurgiens oncologues, des médecins, des radiologues, des kinésithérapeutes et des infirmières vient d’être montée. Un arbre de décision/protocole clinique formel des meilleures pratiques pour le cancer du sein inflammatoire a également été développé.

 

L’objectif étant de traiter ces patientes en priorité, en mettant au point rapidement un plan de traitement personnalisé et dans l’objectif de commencer la thérapie le plus rapidement possible.

Plus sur le Blog Cancer

Autres actualités sur le même thème