Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER et COVID-19 : La mortalité atteint 13% en cas d’infection post-vaccination

Actualité publiée il y a 4 mois 4 semaines 12 heures
Annals of Oncology
Les défis de la maladies COVID-19 apparaissent très différents parmi les patients atteints de cancer.

Alors que plusieurs études ont suggéré que la combinaison vaccination et infection pourrait apporter la meilleure des protections contre les différents variants et les formes sévères de COVID-19, les défis apparaissent très différents parmi les patients atteints de cancer. Dans ce groupe de population extrêmement vulnérable, soit des patients atteints de cancer entièrement vaccinés et ayant contracté une infection COVID-19 après leur vaccination (« breakthrough infection ») le taux de mortalité atteint jusqu'à 13%. Ces données, publiées dans les Annals of Oncology, recueillies avant la 3è dose de rappel appellent, en particulier avec la circulation de variants à forte capacité d'échappement, à des actions de prévention, de distanciation, de sensibilisation et d'éducation ciblées sur les patients immunodéprimés et leurs proches.

 

Les chercheurs de l’Université Vanderbilt et plus largement du COVID-19 and Cancer Consortium (CCC19), un groupe de 129 centres de recherche qui suit l'impact de COVID-19 sur les patients atteints de cancer depuis le début de la pandémie, évaluent les caractéristiques cliniques et les résultats de patients atteints d'un cancer complètement vaccinés qui développé des infections COVID-19 post-vaccination et montrent que ces patients encourent un risque très élevé de complications et d'hospitalisation.

 

L’analyse est menée précisément auprès de 1.787 patients atteints de cancer et de COVID-19 dont la grande majorité n'étaient pas vaccinés. 54 étaient complètement vaccinés et 46% de ces participants complètement vaccinés avaient des niveaux réduits de lymphocytes T et les cellules B responsables des réponses immunologiques aux virus. Chez ces 54 patients atteints de cancer, vaccinés avec 2 doses de vaccin, et ayant développé un COVID après la vaccination,

 

  • le taux d'hospitalisation est de 65 % ;

  • le taux de soins intensifs ou de ventilation mécanique est de 19 % ;
  • et le taux de mortalité de 13 %.

 

Ces données impliquent de maintenir une approche à multiples niveaux qui comprend la vaccination, mais aussi le port du masque et des mesures de distanciation sociale.

 

Les mesures de l'immunité ne sont pas systématiquement recueillies au cours des soins cliniques et donc les médecins ignorent, en général, et dans cette étude, quels sont les patients qui ont développé des réponses immunitaires efficaces après la vaccination. Or de nombreuses études ont suggéré suggèrent que les patients atteints de cancer ne développent pas toujours des réponses anticorps protectrices, rappelle l’auteur principal de l’étude, le Dr Jeremy Warner, professeur agrégé au Vanderbilt-Ingram Cancer Center.

 

Alors que des résultats similaires soit un taux de mortalité élevé, ont été observés parmi les patients plus généralement immunodéprimés, tels que les receveurs de greffe, ces groupes de patients ainsi que leurs proches devraient, en ces temps d’émergence de variants présentant une forte capacité d’échappement immunitaire, être ciblés par des interventions spécifiques préventives, dont des actions de sensibilisation et d'éducation.