Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CANCER : Mieux exploiter l’efficacité des nutraceutiques

Actualité publiée il y a 11 mois 3 semaines 6 jours
Medical Oncology
Exploiter la synergie des nutraceutiques pour la prévention et le traitement du cancer et d'autres maladies liées à l'âge (Visuel Adobe Stock 530076772)

Exploiter la synergie des nutraceutiques pour la prévention et le traitement du cancer et d'autres maladies liées à l'âge, c’est l’objectif des recherches de cette équipe de l’India’s Tata Memorial Centre (Mumbai). Ici, ces scientifiques suggèrent que les radicaux libres (ROS) générés lors du mélange de 2 nutraceutiques clé, le resvératrol et le cuivre, peuvent aider à traiter plusieurs maladies, en inactivant les particules de chromatine acellulaires. Ce cocktail nutraceutique permet en particulier de réduire la toxicité des chimiothérapies.

 

La chromatine comprend un mélange complexe d'ADN et de protéines qui forme la base structurelle des chromosomes dans les noyaux cellulaires. Lorsque les cellules meurent, elles libèrent des particules de chromatine acellulaires ou « cfChP : cell-free chromatin particles » dans le système circulatoire.

 

L’auteur principal, le Dr Indraneel Mittra, professeur émérite en recherche translationnelle au Tata Memorial Center s‘est intéressé très tôt à l’ADN tumoral circulant dans le sang de patients atteints de cancer. Après 15 années de recherche sur le matériel génétique associé aux métastases cancéreuses, le chercheur a suggéré le rôle critique de ces cfChP dans l'orchestration du développement non seulement du cancer, mais d’autres maladies. Aujourd’hui, ses recherches suggèrent que les cfChP jouent un rôle essentiel dans le développement du cancer mais aussi dans le vieillissement, la septicémie et la toxicité liée à la chimiothérapie.

Une combinaison pro-oxydative de resvératrol et de cuivre pour réduire la chimiotoxicité

 « La chimiotoxicité n'est pas majoritairement causée par les médicaments chimiothérapeutiques, mais plutôt par les cfChP qui sont libérées par les premières cellules qui meurent après la chimiothérapie ".

Les cfChP libérées déclenchent une cascade d’effets, endommageant de plus en plus l'ADN des cellules hôtes saines et en déclenchant des processus inflammatoires. Le tout crée un cercle vicieux qui perpétue et prolonge la toxicité de la chimiothérapie.

 

Les bienfaits thérapeutiques d'un mélange pro-oxydant de resvératrol et de cuivre : l’équipe démontre que chez des patients subissant une chimiothérapie pour un cancer gastrique avancé, une combinaison de R avec Cu (R-Cu) conduit à la génération de radicaux libres ROS qui inactivent les cfChP et réduisent ainsi la chimiotoxicité.

 

2 études précliniques menées sur des souris modèles démontrent les avantages de R-Cu dans la prévention du vieillissement et de la septicémie.

 

  • Une première étude suggère que les cfChP libérées par les milliards de cellules qui meurent chaque jour dans le corps endommagent les cellules saines et sont une cause sous-jacente du vieillissement ;
  • l'administration orale prolongée de R-Cu permet de réduire les niveaux de plusieurs signes biologiques du vieillissement, dont la neurodégénérescence ;
  • la 2è étude révèle que les cfChP peuvent déclencher une septicémie après une infection bactérienne chez la souris ;
  • l'administration de R-Cu bloque ce processus pathologique et permet de retarder le décès.

 

Un essai clinique de phase II à 1 bras vient d’être lancé afin d’étudier les effets synergiques de R-Cu sur l'inactivation du cfChP chez les patients atteints d'un cancer gastrique avancé. L'objectif principal était de déterminer si le R-Cu, via l'inactivation des cfChP, réduit bien la toxicité de grade ≥ 3 observée avec les chimiothérapies à base de docétaxel. Durant l’essai, la toxicité des traitements chimiothérapeutiques est surveillée à l'aide d'un système d'évaluation des effets physiologiques indésirables. Les résultats préliminaires apparaissent prometteurs :

 

  • bien que la combinaison nutraceutique R-Cu n'ait pas réduit les toxicités hématologiques,
  • R-Cu a considérablement réduit l'incidence des toxicités non hématologiques dont le syndrome main-pied, la diarrhée et les vomissements ;
  • R-Cu a permis aussi de réduire la dose de docétaxel par rapport au bras contrôle sans affecter l'efficacité du traitement, en termes de survie globale.

 

De nombreuses preuves s’accumulent en faveur de l’efficacité de R-Cu à contrer plusieurs conditions, dont le vieillissement et la toxicité des chimiothérapies.

Plus largement, ces recherches révèlent la pointe de l’iceberg,

un potentiel probablement considérable des nutraceutiques dans la santé

en général mais également dans la lutte contre le vieillissement et les maladies liées à l’âge.

Plus sur le Blog Cancer
Plus sur le Blog Nutrition

Autres actualités sur le même thème