Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS : Et si sa consommation aggravait le tabagisme ?

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 1 jour
Addictive Behaviors
Une co—consommation tabac-cannabis élevée dans le temps est bien associée à une dépendance plus marquée au tabac et à un plus grand nombre de cigarettes fumées

La question se pose depuis toujours dans la recherche : comment différencier les effets du tabac et du cannabis, alors que leur consommation est très souvent conjointe ? Le suivi de cette « co-consommation » est elle-même très complexe, la consommation d’une des substances aurait-elle un effet sur la consommation de l’autre ? Cette étude menée par des chercheurs de la Medical University of South Carolina sur ces co-consommateurs de cannabis et de tabac révèle qu’une co-consommation élevée dans le temps est bien associée à une dépendance plus marquée au tabac et à un plus grand nombre de cigarettes fumées. C’est à lire dans la revue Addictive Behaviors.

 

Certes, les raisons de la consommation tabac-cannabis chez les adultes restent mal comprises cependant, le taux de consommation simultanée de ces deux substances augmente de 2003 à 2012 chez les adultes. Dans ce contexte de légalisation croissante du cannabis, en particulier à des fins médicales mais aussi pour usage récréatif, il devient nécessaire de mieux comprendre l’impact de l’usage du cannabis sur le tabagisme, dont les effets néfastes sur la santé sont suffisamment bien documentés.

 

L’équipe de chercheurs en toxicomanie de l'Université de Caroline du Sud dirigée par le Dr Erin A. McClure, professeur au département de psychiatrie et des sciences du comportement, a donc mené une enquête en ligne auprès de ces co-consommateurs et sur leurs habitudes de consommation. « Nous nous sommes concentrés sur le cannabis et le tabac en raison de la prévalence croissante de leur consommation conjointe et du peu de compréhension des interactions possibles de ces substances et des implications pour les traitements de sevrage ». L’équipe constate que :

  • davantage de participants consomment du cannabis et du tabac de manière séquentielle plutôt que simultanément : ces participants fument une cigarette en substitution du cannabis et ne font pas une consommation indifférenciée de cannabis et de tabac ;
  • le degré de corrélation entre la consommation de cannabis et de tabac diffère considérablement d'un utilisateur à l'autre ;
  • 26% des utilisateurs déclarent fumer la plupart de leurs cigarettes au moment où ils consomment aussi du cannabis et, pour la plupart, au moment où ils en consomment beaucoup ;
  • Ces consommateurs « assidus » de cannabis sont plus susceptibles de présenter une dépendance accrue au tabac et de fumer plus de cigarettes par jour.

 

 

Des implications pour l’arrêt du tabac : un usager conjoint de cannabis et de tabac qui essaie d'arrêter de fumer aura beaucoup plus de difficulté à arrêter en particulier, s'il consomme toujours du cannabis -y compris pour raison médicale.  

 

Le tabagisme après le cannabis renforce-t-il les effets subjectifs du cannabis ?

  • Plus de 50% des personnes interrogées déclarent fumer des cigarettes pour consommer moins de cannabis, ou arrêter d’en consommer.
  • Cependant, pour 35%, ce n’est pas le cas. Il est possible que ces 35% de co-utilisateurs de cannabis et de tabac ressentent, pour certains une sensation plus intense en raison de la consommation de tabac, et soient donc plus susceptibles de consommer les 2 substances de manière plus rapprochée.
  • Ces usagers seraient, selon les auteurs, ceux qui connaissent le plus de difficulté à cesser de fumer. Cependant, précisent-ils, ce point nécessite un complément d'étude.

 

 

En conclusion, ces données suggèrent que les programmes de renoncement au tabac doivent être personnalisés, chez ces co-utilisateurs, pour être efficaces. « Nous devrons adapter une stratégie de traitement pour chaque patient plutôt que d'adopter l’approche standard qui ne fonctionne pas toujours très bien ». En effet et par ailleurs, en cette ère d’augmentation de la consommation de cannabis à des fins médicales mais aussi récréatives, tous les utilisateurs désireux d'arrêter de fumer (du tabac) ne voudront pas forcément arrêter le cannabis.

Pour certains, présentant un moindre degré d'interdépendance entre l'utilisation des deux substances, cela peut être possible. Mais pour ceux qui sont à un degré plus élevé d'interdépendance, des stratégies de « double sevrage » pourraient être nécessaires.


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages