Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CANNABIS : Sa conso régulière associée au COVID sévère

Actualité publiée il y a 3 semaines 2 jours 17 heures
JAMA Network Open
La consommation de cannabis est liée à un risque accru de forme sévère de COVID-19 (Visuel Adobe Stock 485714381)

La consommation de cannabis est liée à un risque accru de forme sévère de COVID-19, conclut cette étude d’une équipe de l'Université de Washington, publiée dans le JAMA Network Open et qui aboutit à un risque multiplié par 2 chez les consommateurs de cannabis, un niveau de risque comparé à celui des fumeurs de produits du tabac.

 

Dans cette recherche, une forme sévère de COVID a été caractérisée par la nécessité d’une hospitalisation ou de soins intensifs en cas d’infection par le virus. Cette recherche concourt donc à préciser l’ensemble des facteurs de risque de ces formes graves d’infection, comprenant jusque-là l’âge, les antécédents de tabagisme, un indice de masse corporelle (IMC) élevé et la présence d’autres maladies telles que le diabète. Jusqu’à cette étude, les effets de la consommation régulière de cannabis sur la gravité du COVID restaient mitigés.

Le cannabis lié à un risque accru de maladie grave chez les patients atteints du COVID-19

L'étude analyse les dossiers médicaux de 72.501 participants évalués pour un COVID au cours des 2 premières années de la pandémie. L’analyse révèle que :

 

  • les participants qui ont consommé du cannabis au moins 1 fois au cours de l’année précédente s’avèrent significativement plus susceptibles d’avoir besoin, en cas d’infection, d’une hospitalisation et de soins intensifs ;
  • précisément, les patients COVID ayant déclaré avoir consommé du cannabis au cours de l'année précédente sont 80 % plus susceptibles d'être hospitalisés et 27 % plus susceptibles d'être admis en soins intensifs, après prise en compte du tabagisme et de la vaccination, des comorbidités, la date du diagnostic et les facteurs démographiques ;
  • à titre de comparaison, les fumeurs de tabac atteints du COVID sont 72 % plus susceptibles d’être hospitalisés et 22 % plus susceptibles de nécessiter des soins intensifs ;
  • chez ces participants le risque élevé de forme grave est comparable aux participants qui fument des produits du tabac.

 

L'auteur principal, le Dr Li-Shiun Chen, professeur de psychiatrie, souligne que

« la consommation de cannabis n’est pas anodine dans le contexte du COVID ».

Consommation de cannabis ou tabagisme, la survie au COVID diffère : alors que les fumeurs sont significativement plus susceptibles de mourir du COVID que les non-fumeurs, ce résultat n’est pas retrouvé à l’identique chez les consommateurs de cannabis.

« En ce qui concerne le risque de décès, le risque lié au tabac est clair, mais des preuves supplémentaires restent nécessaires pour le cannabis ».

 

Pris ensemble, ces résultats contredisent les précédentes recherches ayant suggéré que le cannabis pourrait aider l’organisme à combattre des maladies virales- dont le COVID-19.