Vous recherchez une actualité
Actualités

CARIE DENTAIRE : L'anti-Alzheimer qui protège la pulpe et régénère la dentine

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 1 semaine
Scientific Reports

C’est une nouvelle approche biologique de la restauration dentinaire qui va stimuler la formation naturelle de dentine via la mobilisation des cellules souches résidentes dans la pulpe dentaire. Une restauration ici possible grâce à 2 « ingrédients », de petites doses d’un médicament anti-Alzheimer actuellement en test et de minuscules éponges de collagène biodégradables déjà approuvées. Une alternative innovante aux traditionnels ciments non-organiques à base de calcium ou d'agrégats minéraux à base de silicium habituellement utilisés pour remplacer la dentine abîmée.

À la suite d'un traumatisme ou d'une infection, la pulpe de la dent peut devenir exposée et s'infecter. Pour se protéger de l'infection, la dent produit naturellement une infime quantité de dentine qui recouvre la pulpe dentaire, mais cette régénération naturelle est insuffisante pour réparer efficacement les cavités plus importantes. Actuellement, les dentistes utilisent des matériaux d'obturation artificiels pour combler ces cavités plus importantes, des ciments qui vont rester à vie dans la dent.


Les scientifiques de l'Institut dentaire du King's College de Londres ont identifié un moyen de stimuler les cellules souches présentes dans la pulpe de la dent et d'accélérer ainsi la régénération de dentine. Leur protocole utilise des mini-éponges de collagène imprégnées d'un médicament, le Tigeglusib (un antagoniste de la glycogène synthase kinase -GSK-3) qui va stimuler le renouvellement des cellules souches vivantes dans la pulpe dentaire. Les éponges vont ensuite se dégrader, remplacées peu à peu par la dentine régénérée jusqu'à la réparation complète de la dent. Ces éponges de collagène sont déjà disponibles et approuvées pour un usage clinique, soulignent les auteurs.

Une solution « naturelle » pour le patient : Cette nouvelle approche biologique favorise ainsi la capacité naturelle des dents à réparer, sans bouleverser leur équilibre minéral par des matériaux non-biologiques et non-dégradables. Cette approche permet également de minimiser le risque de récidive de l'infection ou de lésions dans les zones en contact avec des composites dentaires.

« La simplicité de notre approche la rend idéale pour le traitement naturel de grandes cavités. Elle apporte à la fois la protection de la pulpe et la restauration de la dentine », conclut l'auteur principal de l'étude, le Professeur Paul Sharpe du King's College London. C'est donc véritablement un procédé simple, rapide, naturel et révolutionnaire de traitement de la carie dentaire qui nous est proposé ici.

09 January 2017 doi:10.1038/srep39654 Promotion of natural tooth repair by small molecule GSK3 antagonists

Lire aussi: CARIE DENTAIRE: L'obturation n'est pas toujours la solution de fond

CARIE DENTAIRE: Bientôt nos dents en verre bioactif ?