Vous recherchez une actualité
Actualités

CATHÉTERS, IMPLANTS : Des nanopointes de graphène contre les pathogènes

Actualité publiée il y a 2 années 6 mois 2 semaines
Advance Materials Interfaces
Cette attaque mortelle pour la bactérie, ne fait qu’égratigner la cellule humaine

Ces pointes de graphène peuvent tuer les bactéries mais en préservant les cellules humaines intactes : La raison en est simple : une bactérie fait un micromètre de diamètre, alors qu'une cellule humaine en fait 25 micromètres (Voir visuel). Par conséquent, cette attaque mortelle pour la bactérie, ne fait qu’égratigner la cellule humaine. Cette innovation d’une équipe de la Chalmers University of Technology (Suède), adaptable aux implants est une nouvelle arme contre les infections.

 

Le graphène est constitué d'une couche d’atomes de carbone et c’est donc le matériau le plus mince du monde. Le graphène est 200 fois plus résistant que l'acier et possède une très bonne conductivité grâce à la mobilité rapide des électrons. Le graphène est également extrêmement sensible aux molécules, ce qui lui permet d'être utilisé dans les capteurs.

 

Les pics verticaux de graphène forment une barrière acérée qui empêche d’abord les bactéries de se fixer puis de former un biofilm, car les bactéries voyagent dans les fluides, comme le sang, à la recherche d'une surface à laquelle s'accrocher et s’agglomérer. Ensuite ces pointes de graphène blessent et tuent les bactéries et constituent ainsi un rempart protecteur contre les infections au cours des procédures de chirurgie implantaire, comme la pose de prothèses de la hanche et du genou ou d’implants dentaires. Ce nouveau revêtement élimine le besoin de traitement antibiotique et contribue également à réduire le risque de rejet de l'implant. L'ostéointégration, le processus par lequel la structure osseuse se développe autour de l'implant n'est pas perturbée. Tout au contraire, le graphène semble contribuer au renouvellement des cellules osseuses.

 

La prochaine étape pour l'équipe sera de tester plus avant ces pics de graphène, en en recouvrant les surfaces d’implants et en étudiant l'effet sur les cellules animales. « Le graphène a un gros potentiel pour les applications de santé, mais d'autres recherches sont nécessaires pour démontrer sa sécurité et sa durabilité.

 

De premières applications sont également envisagées sur des cathéters et d'autres dispositifs médicaux.