Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIRURGIE BARIATRIQUE : Les effets de l’alcool sont démultipliés

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 2 jours
Surgery for Obesity and Related Diseases
Ces 2 types de chirurgie peuvent changer radicalement la sensibilité et l'absorption d'alcool

Ce n’est pas la première étude à alerter sur des effets démultipliés de l’alcool après une chirurgie de l’obésité. Une précédente recherche avait déjà suggéré un risque accru de trouble lié à l'alcool associé au pontage gastrique Roux-en-Y et des pics d’alcoolémie, après la chirurgie. Cette nouvelle étude de l’Université de l'Illinois à Urbana-Champaign, à paraître dans la revue Surgery for Obesity and Related Diseases, confirme que 2 types de chirurgie peuvent changer radicalement la sensibilité et l'absorption d'alcool -sans que les patients aient été mis au courant. L’étude suggère donc de dépister ce risque d’hypersensibilité à l’alcool chez ces patients opérés.

2 boissons alcoolisées suffisent à entraîner des pics d'alcoolémie

L’étude menée auprès de 55 femmes révèle en effet qu’après pontage gastrique « Roux-en-Y » ou  « sleeve » gastrectomie, cette sensibilité à l'alcool a tellement augmenté que la quantité d’alcool que les participantes peuvent consommer avant d’en ressentir les effets est réduite de moitié par rapport à leurs habitudes de consommation avant la chirurgie.

 

Des pics de concentration d'alcoolémie plus rapides et 2 fois plus élevés : Dans l’étude, après consommation équivalente à 2 unités standard, les femmes ayant subi un pontage gastrique ou une gastrectomie en manchon connaissent des pics de concentration d'alcoolémie plus tôt et 2 fois plus élevés. Les chercheurs confirment des résultats en ligne avec les études précédentes et rappellent donc que ces femmes sont plus à risque de développer problèmes d'alcool après une chirurgie de perte de poids.

 

Les chercheurs suggèrent un dépistage des patients ayant subi une chirurgie bariatrique via un questionnaire de sensibilité à l'alcool afin d’identifier les personnes qui pourraient être à risque accru de troubles de la consommation d'alcool après la chirurgie et de pouvoir leur proposer un programme de prévention adapté.