Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CICATRISATION : Des pansements toujours plus intelligents

Actualité publiée il y a 1 année 2 mois 3 semaines
Science Advances
Ce nouveau dispositif permet de lutter efficacement contre le retard de cicatrisation (Visuel Adobe Stock 145750015).

Les dispositifs de pansement deviennent de plus en plus intelligents, capables de surveiller les plaies, de délivrer un traitement ciblé et de stimuler la cicatrisation cutanée. L’équipe de bioingénieurs du California Institute of Technology (Caltech) nous en apporte une nouvelle démonstration. Son dispositif, présenté dans la revue Science Advances permet de lutter contre le retard de cicatrisation.

 

La plupart du temps, quand quelqu'un se coupe, se gratte, se brûle ou se blesse, le corps cicatrise tout seul. Mais ce n'est pas toujours le cas. Chez les patients diabétiques, notamment, la maladie peut interférer avec le processus de cicatrisation, et une petite lésion peut devenir une plaie qui ne cicatrise pas, s’infecte et mène à l’amputation. Ces types de plaies chroniques débilitantes pour les personnes qui en souffrent, pèsent de plus en plus sur les systèmes de santé, représentant un fardeau financier en augmentation, avec le vieillissement des populations et la prévalence croissantes des maladies métaboliques chroniques.

 

« Il existe de nombreux types de plaies chroniques, en particulier les ulcères diabétiques et les brûlures qui durent longtemps et causent d'énormes problèmes au patient. Il existe un grand besoin de nouvelles technologies permettant de relancer la cicatrisation ».

Un nouveau type de pansement intelligent à triple action

L’équipe de Caltech, menée par Wei Gao, professeur de génie médical, propose ici, avec son nouveau pansement, « de rendre le traitement de ces plaies plus facile, plus efficace et moins coûteux » :

 

  • contrairement à un pansement « classique » constitué de couches de matériau absorbant, les pansements intelligents sont fabriqués à partir d'un polymère flexible et extensible qui contient des composants électroniques et des médicaments intégrés. L'électronique permet au capteur de surveiller certaines molécules ou marqueurs de cicatrisation, telles que l'acide urique ou le lactate, le niveau de pH ou la température dans la plaie.

 

Autant de marqueurs qui peuvent indiquer, le cas échéant, une inflammation ou une infection bactérienne de la plaie.

 

3 réponses à la plaie : le dispositif répond de 3 manières :

 

  • il transmet sans fil les données recueillies à partir de la plaie à un ordinateur, une tablette ou un smartphone à proximité pour suivi par le patient et analyse par le professionnel de santé ;
  • il délivre un antibiotique ou un autre médicament -hébergé dans le dispositif-, directement sur le site de la plaie pour traiter l'inflammation et l'infection ;
  • il peut appliquer un champ électrique de faible niveau à la plaie pour stimuler la croissance des tissus, ce qui accélère la cicatrisation.

 

Une première preuve de concept est ici apportée sur des animaux modèles : le dispositif confirme son efficacité à transmettre des mises à jour en temps réel sur l'état de la plaie et le statut métabolique de l’hôte et à accélérer la cicatrisation des plaies infectées chroniques. Le dispositif va prochainement être testé sur des plaies chroniques plus importantes car les paramètres de la plaie et le microenvironnement peuvent varier.  

 

Des résultats prometteurs qui confirment les grands progrès technologiques en matière de cicatrisation des plaies.  

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités