Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CICATRISATION des PLAIES : Booster la formation de vaisseaux sanguins

Actualité publiée il y a 3 mois 4 semaines 1 jour
ERC
C’est une toute nouvelle stratégie d’ingénierie des protéines, visant à équiper les membranes cellulaires protéiques de récepteurs thérapeutiques (Visuel Adobe Stock 617475215)

C’est une toute nouvelle stratégie d’ingénierie des protéines, visant à équiper les membranes cellulaires protéiques de récepteurs thérapeutiques qui va offrir de nouvelles opportunités significatives tant pour la médecine régénérative que pour l'immunothérapie du cancer. En soin des plaies, cela consiste à modifier une protéine clé, le récepteur 2 du facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF), ce qui va favoriser la formation de vaisseaux sanguins dans les plaies chroniques et faciliter la cicatrisation des plaies. Ces travaux de fond, aux multiples implications sont menés à l’Université de Fribourg et soutenus par l’European Research Council (ERC).

 

La recherche est menée par le Dr Priscilla Briquez qui travaille sur cette approche innovante d’ingénierie des protéines au Centre médical universitaire de Fribourg et est professeur en chirurgie générale et viscérale à l'université de Fribourg. Le projet, nommé « DRESSCODE », programmé sur les 5 années à venir, se concentre sur la modification des protéines et le développement de nouvelles thérapies contre les maladies. Son objectif, équiper les membranes cellulaires des protéines de récepteurs thérapeutiques qui rendent ces cellules capables de remplir des fonctions thérapeutiques spécifiques, telles que se lier, de manière ciblée à des médicaments ou à des agents pathogènes.

De nouvelles avancées en médecine régénérative, en cicatrisation et en immunothérapie

  • Concernant la cicatrisation des plaies, l’approche est de modifier spécifiquement le récepteur 2 du facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) afin de booster la formation de vaisseaux sanguins dans les plaies chroniques ce qui relance le processus de cicatrisation ;
  • dans le cas des immunothérapies du cancer, il s’agit de doter les lymphocytes T de récepteurs antigéniques chimériques (CAR) qui vont leur permettre de mieux identifier et attaquer les cellules cancéreuses.

 

Ces travaux marquent une nouvelle étape dans les thérapies géniques et l’ingénierie des protéines.