Actualités

CICATRISATION : Le pansement liquide qui mesure l’oxygénation tissulaire

Actualité publiée il y a 1 année 10 mois 4 semaines
Science Advances
Ce dispositif va permettre d’optimiser la surveillance de la cicatrisation des plaies, des greffes de tissus pour les traumatismes, des greffes de peau pour les brûlures, des membres affectés par une maladie artérielle périphérique et l'ischémie chronique (Visuel Science Advances)

Ce pansement liquide qui détecte l'oxygénation des tissus sans les inconvénients des oxymètres filaires promet de nombreuses applications. Développé par une équipe de bioingénieurs du Massachusetts General Hospital (MGH) et présenté dans la revue Science Advances, le dispositif va permettre d’optimiser la surveillance de la cicatrisation des plaies, des greffes de tissus, des membres affectés par une maladie artérielle périphérique et l'ischémie chronique (circulation sanguine réduite). Enfin, la technologie pourrait détecter également les changements tissulaires chez les patients souffrant de maladies cardiaques et d'autres problèmes de santé chroniques.

 

Les utilisations cliniques de ce bandage transparent qui évalue la quantité d'oxygène du tissu, une mesure cruciale de sa viabilité, sont multiples. La nouvelle technologie améliore considérablement les méthodes existantes de détection de l'approvisionnement des tissus en oxygène. Il s’agit ici des résultats du premier essai clinique humain, mené par les chercheurs du MGH, avec des collègues chirurgiens du Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) auprès de 5 patientes subissant une chirurgie de reconstruction mammaire après un cancer. Ces données valident l’efficacité et le caractère pratique de ce bandage liquide.

Visuel Science Advances

Une avancée majeure par rapport à l’oxymètre filaire

L'essai teste le bandage lors de la reconstruction mammaire, un type courant de greffe à lambeau libre dans lequel les chirurgiens plasticiens prélèvent la peau, la graisse, les artères et les vaisseaux sanguins de l'abdomen du patient et refixent par microchirurgie le tissu et les vaisseaux à la poitrine. Jusqu'à 5% des chirurgies à lambeau libre peuvent échouer, généralement dans les 48 heures suivant la chirurgie, si le flux sanguin vers le tissu transplanté est interrompu ou inadéquat. En surveillant la quantité d'oxygène qui parvient au tissu transplanté, les chirurgiens peuvent détecter rapidement un problème vasculaire et intervenir pour sauver la greffe. « L’essai confirme que le bandage liquide transparent détecte l'oxygénation des tissus avec autant de précision qu’un oxymètre, une technologie ancienne, inconfortable pour le patient et peut donner de fausses lectures en fonction des conditions d'éclairage et les mouvements du patient », résume l’auteur principal, Conor L. Evans, chercheur au Wellman Center for Photomedicine du MGH.

 

Développer le meilleur capteur d'oxygénation des tissus :  Ici, le bandage liquide a est déposé sur une zone de 1 cm sur 1 cm sur sept lambeaux transplantés (deux femmes ont eu les deux seins reconstruits). Un oxymètre filaire a également été placé sur chaque volet et l'oxygénation des tissus a été surveillée pendant 48 heures après la chirurgie. Le bandage mesure la quantité d'oxygène atteignant le tissu lui-même, tandis que le ViOptix lit la quantité de saturation en oxygène dans le sang par spectroscopie proche infrarouge - une mesure moins directe du flux sanguin crucial vers la greffe. Lors de différentes mesures, le taux de changement d'oxygénation tissulaire mesuré par le bandage était en parfaite corrélation avec l'oxymètre.

 

«La possibilité de disposer d'un dispositif sans fil de surveillance de l'oxygène pour la circulation sanguine représente un grand progrès »

 

Les applications cliniques du bandage liquide comprennent la cicatrisation des plaies, des greffes de tissus, de la maladie artérielle périphérique, de l'ischémie et de l’ensemble des conditions caractérisées par des changements tissulaires.

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités