Vous recherchez une actualité
Actualités

CONTRACEPTION et DÉPRESSION: Mais pourquoi la pilule déprime ?

Actualité publiée il y a 3 années 10 mois 2 semaines
JAMA Psychiatry

Les femmes qui prennent la pilule ont un risque plus élevé de dépression, et de 70%, relève cette étude danoise. En cause, très probablement, les hormones artificielles. Une association particulièrement troublante chez les adolescentes, documentée dans le JAMA Psychiatry et qui incite à de plus amples recherches.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les chercheurs de l'Université de Copenhague ont étudié l'association entre les différentes méthodes de contraception hormonale et la dépression, à partir des données de 1.061.997 femmes, âgées de 15 à 34 ans, sans antécédents de dépression et suivies de 2000 à 2013. Les méthodes contraceptives ont été classées par type d'œstrogène, de dose, par type de progestérone et par méthode. Les données relatives à l'utilisation d'antidépresseurs ont été recueillies à partir des données de prescription et de diagnostic en service psychiatrique en milieu hospitalier ou en ambulatoire. L'analyse constate que :


55,5% des participantes sont des utilisatrices actuelles ou récentes de contraception hormonale.

· 133.178 premières prescriptions d'antidépresseurs et 23.077 premiers diagnostics de dépression ont été recensés au cours du suivi.

· La prise de contraceptifs oraux augmente de 23% le risque relatif de prescription d'antidépresseur ou de diagnostic de la dépression,

· la pilule progestative : 34%,

· le patch contraceptif (norgestrolmin) : 100%,

· l'anneau vaginal (étonogestrel) : 60%,

· DIU avec lévonorgestrel : 40%.

Ø Cependant, le risque de dépression diminue avec l'âge (Voir courbe ci-contre). Les adolescentes qui utilisent des contraceptifs oraux combinés (COC) ont un risque accru de 80% de prescription d'antidépresseurs et avec la pilule progestative, un risque 120% plus élevé.

Bref, l'utilisation de la contraception hormonale, en particulier chez les adolescentes, semble associée à l'utilisation ultérieure d'antidépresseurs et à un futur diagnostic de dépression. Mais, attention, il s'agit ici d'une étude d'association qui ne démontre pas la relation de cause à effet, de la contraception hormonale à la dépression. L'étude n'incite pas non plus les femmes, sous contraception hormonale à arrêter leur pilule. Cependant ces données incitent, bien évidemment à poursuivre les recherches. Si ce résultat était confirmé, la dépression pourrait être ajouté au nombre des effets secondaires de la contraception hormonale.

Autres actualités sur le même thème