Actualités

COVID-19 : 5 millions d'enfants au moins ont perdu un parent

Actualité publiée il y a 4 mois 4 jours 5 min
The Lancet Child & Adolescent Health
Ces estimations appellent à mettre en œuvre, de toute urgence, des programmes de soutien aux enfants touchés par le décès de parents dont des aides économiques, aux foyers monoparentaux et à l'éducation (Visuel Adobe Stock 17000446)

Au moins 5 millions d'enfants ont perdu un parent ou un tuteur à cause du COVID-19 depuis mars 2020, selon cette récente estimation d’une équipe de l'Imperial College London. L’équipe britannique publie ces nouvelles données par pays, dans le Lancet Child & Adolescent Health mais aussi sur Internet via son « Global Orphanhood Calculator ». Ces estimations appellent à mettre en œuvre, de toute urgence, des programmes de soutien aux enfants touchés par le décès de parents dont des aides économiques, aux foyers monoparentaux et à l'éducation.

 

Il s’agit d’une étude de modélisation qui vise à mettre à jour les estimations précédentes de juillet 2021 sur la base de nouvelles données de mortalité de 20 pays (dont les États-Unis, l'Inde, l'Angleterre et le Pérou) et sur la période du 1er mars 2020 au 31 octobre 2021. Le modèle révèle que si un grand nombre d'enfants âgés de 0 à 4 ans (près de 500.000 enfants) et de 5 à 9 ans (740.000 enfants) sont devenus orphelins en raison du COVID-19, les adolescents âgés de 10 à 17 ans constituent la classe d’âge la plus touchée (2,1 millions d'enfants).

Visuel The Lancet Child & Adolescent Health

Les adolescents représentent les deux tiers des jeunes ayant perdu un parent en raison du COVID-19.

Cette nouvelle estimation du nombre d'enfants touchés par un décès d’un parent en raison du COVID-19 a pratiquement doublé au cours des 6 mois allant de mai à octobre 2021, par rapport aux évaluations menées pour les 14 premiers mois de la pandémie.

 

  • Ces décès dus au COVID-19 affectent de manière disproportionnée les hommes et 3 enfants sur 4 ayant vécu la mort d'un parent pendant la pandémie ont perdu leur père;
  • les enfants les plus touchés par cette perte d’un parent sont aussi ceux qui présentent un risque élevé de pauvreté, d'exploitation et de violence ou d'abus sexuels, d'infection par le VIH, de problèmes de santé mentale et de détresse émotionnelle. Les auteurs précisent également que bon nombre d’entre eux appartiennent à des gangs violents.

 

« Nous estimons que pour chaque personne décédée du COVID-19, un enfant devient orphelin ou perd un « tuteur ».

Cela équivaut à :

1 enfant qui devient orphelin toutes les 6 secondes

et qui sera vraisemblablement confronté à un risque accru d'adversité tout au long de sa vie, à moins qu'il ne bénéficie d'un soutien adapté et à temps.

 

Ces données soulignent l’urgence de la mise en œuvre de programmes de soutien aux enfants orphelins dans chaque plan national de réponse au COVID-19. Avec 3 types d’interventions prioritaires, précise l’un des auteurs principaux, le Dr Susan Hillis, des CDC :  

 

  1. prévenir le décès des parents/tuteurs de jeunes enfants grâce à une couverture vaccinale prioritaire,
  2. identifier et prévoir des familles d’accueil pour ces enfants que ce soit par le biais de proches parents, de placement en famille d'accueil ou d’adoption ;
  3. protéger au mieux les enfants les plus vulnérables contre l’extrême pauvreté, l'adversité, la violence.

 

Le bilan reste probablement très sous-estimé : le Dr Juliette Unwin, également auteur principal et chercheur à l'Imperial College London, commente ces données : « aussi élevées que soient nos estimations des décès de parents de jeunes enfants, elles sont très probablement sous-estimées, et nous nous attendons à ce que ces chiffres augmentent avec la réactualisation des données de décès liés au COVID-19. Ainsi, l'OMS estime que les données précises sur les décès liés au COVID-19 en Afrique restent limitées, et les estimations réelles seront probablement 10 fois plus élevées que ce qui est actuellement rapporté ».

 

Avant et après le COVID ? Avant la pandémie de COVID-19, il y avait environ 140 millions d'enfants orphelins dans le monde. L'impact du COVID-19 a été révélé pour la première fois dans une étude publiée en juillet 2021, qui estimait que 1,5 million d'enfants avaient connu le décès d'un parent ou d'un tuteur durant la première phase de la pandémie. Ce nouveau bilan porte cette estimation à plus de 2,7 millions d'enfants pour la même période. Et, pendant toute la période de 20 mois de l'étude, l'équipe estime qu'au moins 3.367.000 enfants ont perdu un parent. En outre, 1.833.300 enfants ont été touchés par le décès d'un grand-parent ou d'un proche vivant au foyer.

Ce chiffre est comparé aux 5 millions d'enfants devenus orphelins à cause du VIH/sida, mais sur la période des 10 dernières années.

Ainsi, le COVID aura « fait » le même nombre d’orphelins sur une période de 2 ans seulement.

Les estimations par pays sont disponibles sur le calculateur proposé en ligne par l’Imperial College.

 

« La communauté mondiale doit s'appuyer sur les deux décennies d'expérience dans le soutien aux enfants vulnérables en raison de l'épidémie de VIH/sida pour offrir le même soutien aux enfants qui subissent une perte due au COVID-19", concluent les auteurs.  

Autres actualités sur le même thème