Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : De l’efficacité des interdictions de voyager

Actualité publiée il y a 5 mois 4 semaines 28 min
Journal of Emergency Management
De nombreux états, dont les États-Unis et la France, ont interdit ou considérablement restreint les voyages à destination et en provenance de Chine, mais quelle est l'efficacité réelle d'une telle mesure ?

Avec l'épidémie de pneumonie associée au nouveau coronavirus 2019-nCoV détecté en décembre à Wuhan (Chine), maintenant connu sous le nom de COVID-19, de nombreux états, dont les États-Unis et la France ont interdit ou considérablement restreint les voyages à destination et en provenance de Chine. Mais quelle est l'efficacité réelle d'une telle mesure, si impactante pour les populations ? Alors que l’épidémie-dont les critères diagnostiques ont été élargis-poursuit sa propagation à raison de 3 à 5.000 nouveaux cas par jour et de 65.000 cas et 1.500 décès confirmés au 15 février 2020, touchant aujourd’hui 25 pays, cette étude de l'Université de Washington (UW) et de l'Université Johns Hopkins révèle que l'efficacité des interdictions de voyager est presque inconnue. Très peu d’études ont en effet été menées sur l'efficacité de telles mesures, concluent ces experts en maladies infectieuses, dans le Journal of Emergency Management.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

L'auteur principal Nicole Errett, professeur au Département des sciences de la santé environnementale à l'UW précise que si « certaines preuves suggèrent qu'une interdiction de voyager peut retarder l'arrivée d'une maladie infectieuse dans un pays de quelques jours ou semaines, il existe très peu de preuves dans la littérature, suggérant qu'une interdiction de voyager élimine le risque que la maladie traverse les frontières à long terme ».

L’interdiction de voyager, une mesure inefficace contre la propagation du virus de la grippe

 

Les chercheurs ont mené une revue exhaustive de milliers d'articles publiés dans le but d'identifier les études ayant porté sur l’efficacité des interdictions de voyager pour réduire l'impact géographique de virus tels qu’Ebola, le SRAS, le MERS ou Zika. Les chercheurs ont exclu les virus de la grippe, pour lesquels l'interdiction de voyager est déjà documentée comme inefficace à long terme. Les chercheurs ont identifié 6 études basées sur des modèles ou des simulations, et non sur des données épidémiologiques réelles après mise en œuvre de la mesure.

 

Les données de la littérature ne sont pas convaincantes concluent les chercheurs : leur examen n’identifie pas de preuves de l'impact du volume des voyages sur la propagation de la maladie ou sur l’efficacité relative de mesures alternatives comme le contrôle des entrées sur le territoire, la mise en quarantaine ou la restriction des déplacements de personnes présumées exposées ou infectées. « lors de l'évaluation de la nécessité et de la validité d'une interdiction de voyager, étant donné les preuves limitées d’efficacité, il est important de se demander si c'est une mesure qui protège encore la santé du public, et si c'est le cas, nous devons nous reposer la question à plusieurs reprises ».

Par conséquent, écrivent les auteurs, « des recherches supplémentaires sont nécessaires de toute urgence pour éclairer les décisions politiques, en particulier à la lumière des énormes impacts sociaux, économiques et politiques de la mise en œuvre de telles mesures ».

 

C’est donc un appel à analyser au mieux les résultats de la mise en œuvre de ce type de mesures au cours et à la suite de l’épidémie actuelle et de mettre au point des protocoles d'étude avant la prochaine épidémie afin de mieux cibler ce type de mesures, si impactantes pour les populations.