Actualités

COVID-19 : Découverte d’une voie d’échappement immunitaire

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 3 semaines
Nature Communications
Le virus SARS-CoV-2 élimine une voie moléculaire importante liée à un complexe immunitaire appelé CMH de classe I (Visuel Adobe Stock 321710772)

Comment le SARS-CoV-2 échappe à notre système immunitaire, c’est l’objet de cette recherche de virologues de l’Université d'Hokkaido (Japon). Avec des collègues de l'Université Texas A&M, l’équipe décrit, dans la revue Nature Communications, un mécanisme clé utilisé par le virus : SARS-CoV-2 élimine une voie moléculaire importante liée à un complexe immunitaire appelé CMH de classe I. Cette découverte permet également de mieux comprendre comment l'infection COVID-19 s'installe.

 

« En révélant comment le virus peut échapper au système immunitaire humain, nos travaux contribuent à expliquer pourquoi la pandémie a été si grave », commente l’auteur principal, l'immunologiste Koichi Kobayashi de l'Université d'Hokkaido : « Les mécanismes que nous identifions ici pourraient servir de nouvelles cibles moléculaires pour de nouveaux médicaments ».

 

A l’aide d’une approche bioinformatique, les scientifiques ont examiné comment le SRAS-CoV-2 modifie l'expression des gènes dans le système immunitaire des patients COVID-19 par rapport à des témoins non infectés.

Réactiver le complexe majeur d'histocompatibilité

Les molécules du CMH de classe I sont une arme centrale dans la réponse immunitaire contre les virus. Lorsqu'un virus infecte une cellule, la cellule infectée favorise l'expression d'antigènes viraux à sa surface, ce qui attire l'attention des cellules immunitaires appelées cellules T cytotoxiques. Ces cellules immunitaires ciblent et détruisent les cellules infectées, ainsi que le virus qui les a envahies.

 

  • Sur des lignées cellulaires humaines infectées par SARS-CoV-2, les chercheurs constatent qu’une protéine du virus SARS-CoV-2, appelée ORF 6, supprime une protéine de la cellule hôte, NLRC5, responsable de l'activation de la voie du CMH de classe I et cela de deux manières :
  • ORF6 entrave la signalisation cellulaire, ce qui désactive l'expression de NLRC5 ;
  • ORF6 bloque également la fonction de NLRC5.

 

D'autres virus infectieux, y compris le VIH et le MERS, sont connus pour cibler également la voie du CMH de classe I. « Sans l'activation de la voie du CMH de classe I, les virus dans les cellules infectées sont essentiellement cachés du système immunitaire. Cela contribue à expliquer pourquoi le virus du SRAS-CoV-2 persiste dans le corps et pourquoi il poursuit sa propagation », souligne l'immunologiste Koichi Kobayashi.

 

Des recherches supplémentaires vont permettre de trouver et de tester des médicaments qui bloquent l'activité de la protéine virale ORF6, pour restaurer la capacité de la cellule hôte à activer le CMH1. En cas de succès, ces médicaments pourraient encourager le système immunitaire de l'hôte à éliminer lui-même le virus.