Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Des anticorps neutralisants puissants présagent d’un traitement

Actualité publiée il y a 1 année 2 mois 2 semaines
Nature
L’équipe vient de découvrir ces anticorps parmi les plus puissants pour neutraliser le virus SARS-CoV-2 (Visuel David Ho / Columbia University Irving Medical Center)

Ces anticorps neutralisants isolés de patients COVID-19 s'avèrent très efficaces à supprimer le virus et les patients atteints de formes plus sévères de COVID-19 sont plus susceptibles d'avoir une réponse immunitaire -donc à produire des anticorps- durable. Ce sont les 2 grands enseignements de cette étude d’une équipe de virologues de l'Université Columbia qui conclut à la faisabilité pour les laboratoires pharmaceutiques de produire ces anticorps en grande quantité pour traiter les patients, en particulier au début de l'infection, et pour prévenir l'infection, en particulier chez les personnes âgées.

 

Par cryo-microscopie électronique (cryo-ME) les chercheurs reconstruisent les anticorps en 3D et montrent comment des anticorps différents (bleus) se lient à la protéine de pointe du virus SARS-CoV-2 (Voir visuel ci-contre)

L’équipe vient de découvrir ces anticorps parmi les plus puissants pour neutraliser le virus SARS-CoV-2

C’est la prouesse de cette équipe, être parvenue à isoler des anticorps parmi les plus puissants pour neutraliser le virus SARS-CoV-2 : « Nous disposons désormais d'une collection d'anticorps plus puissants et plus diversifiés que les autres anticorps identifiés jusqu’ici, et ces anticorps sont prêts à être développés en traitements », explique l’auteur principal, le Dr David Ho, professeur de médecine au Collège des médecins et chirurgiens de l'Université Columbia.

 

Les anticorps purifiés et fortement neutralisants offrent une protection significative contre l'infection par le SRAS-CoV-2 : c’est ici démontré chez l’animal, le hamster précisément, et d'autres études chez d'autres sont prévues chez l’animal avant de futurs essais cliniques (chez l’Homme). Les auteurs soulignent que l’une des principales réponses du corps humain à une infection est de produire des anticorps - des protéines qui se lient au pathogène envahisseur pour le neutraliser et le marquer pour sa destruction par les cellules du système immunitaire. Le développement de traitements basés sur les anticorps prend généralement moins de temps que le développement de médicaments conventionnels.

 

Une approche similaire à l'utilisation du sérum de convalescence ou plasma thérapeutique : cependant, la nouvelle approche pourrait être plus efficace : si le sérum de convalescence contient une variété d'anticorps, chaque patient a une réponse immunitaire différente, et le plasma riche en anticorps utilisé pour traiter un patient peut être très différent du plasma administré à un autre, avec des concentrations variables d'anticorps neutralisants.

D’autant que les patients plus sévèrement malades produisent des anticorps plus puissants

Les chercheurs ont pu analyser un grand nombre d’échantillons de sang de patients atteints de forme soit modérée soit sévère de la maladie. Cette analyse confirme que si de nombreux patients infectés par le SRAS-CoV-2 produisent des quantités significatives d'anticorps, la qualité de ces anticorps varie. Chez les patients atteints d'une maladie grave nécessitant une ventilation mécanique, les anticorps neutralisants semblent beaucoup plus puissants : «Nous pensons que les patients les plus malades ont été exposés à « plus de virus » et pendant une période plus longue, ce qui a permis à leur système immunitaire de développer une réponse plus robuste ».

 

La majorité des anticorps anti-SRAS-CoV-2 se lient à la glycoprotéine de pointe - une caractéristique qui donne au virus sa couronne - à la surface du virus. Certains des anticorps les plus puissants sont dirigés vers le domaine de liaison au récepteur (où le virus se fixe aux cellules humaines), mais d'autres sont dirigés vers la région N-terminale de la protéine de pointe. L’étude identifie ainsi les sites de liaison sur le pic viral les plus vulnérables.

 

Générer ces anticorps puissants ne devrait pas être trop complexe : « Les vaccins capables de déclencher des anticorps neutralisants puissants devraient fournir une protection robuste contre le virus, cependant ces anticorps pourront toujours être utiles, en particulier chez les groupes de population qui répondraient moins bien au vaccin".

 

Les implications pour l'immunité sont essentielles : alors que personnes atteintes d'une forme sévère de la maladie sont plus susceptibles d'avoir une réponse immunitaire durable, il va falloir pouvoir offrir une protection de longue durée aux personnes non encore infectées et aux patients plus asymptomatiques.  

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités