Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Des lésions nerveuses possibles avec la ventilation en ventral

Actualité publiée il y a 6 jours 7 heures 10 min
British Journal of Anaesthesia
La ventilation en décubitus ventral pourrait induire des lésions nerveuses permanentes chez les patients COVID-19(Visuel AdobeStock_226315201)

On sait que la position allongée à plat ventre (décubitus ventral) améliore les résultats de la ventilation mécanique chez les patients atteints d’une forme sévère de COVID-19 souffrant de détresse respiratoire et admis en soins intensifs. Cette étude d’une équipe de la Feinberg School of Medicine de la Northwestern University révèle que ce protocole peut néanmoins induire des lésions nerveuses permanentes chez les patients COVID-19. Bien que ne contestant pas le rapport bénéfice-risque de cette position vitale de ventilation, l’étude, à paraître dans le British Journal of Anaesthesia souhaite sensibiliser les réanimateurs à ces effets secondaires.  

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Les patients atteints d’une forme sévère de COVID-19 sous ventilation sont placés en position couchée face vers le bas car il est plus facile ainsi, de respirer. Il a été démontré que ce protocole réduit la mortalité. Mais cette position vitale peut également causer des lésions nerveuses permanentes : les auteurs résument ainsi leurs conclusions, dans leur communiqué : « la position couchée sur le ventre sauve des vies, mais peut entraîner des lésions de pression nerveuse au niveau des bras et des jambes ».

Des lésions nerveuses liées à une diminution du flux sanguin et à une inflammation

Les nerfs des patients COVID semblent plus vulnérables : s’il s’agit d’une étude d’observation, ses auteurs, en première ligne, précisent que ces cas sont fréquents :

« C'est choquant de voir l'ampleur du problème »,

commente l’auteur principal, le Dr Colin Franz, professeur de médecine physique, de réadaptation et de neurologie à la Feinberg School of Medicine : « Il s'agit d'un pourcentage très élevé de patients souffrant de lésions nerveuses que nous n'avions jamais vu chez d’autres groupes de patients gravement malades. Habituellement, les patients, même très malades peuvent tolérer cette position favorable à la respiration. Mais les nerfs des patients COVID semblent beaucoup plus vulnérables ».

 

Des milliers de patients concernés dans le monde : Sur la base de cette étude d’observation et d'une autre, 12% à 15% des patients COVID-19 pris ainsi en charge en réa souffriraient de ces lésions nerveuses permanentes. Sur la base du nombre de patients COVID dans le monde, des milliers de patients pourraient être touchés. En pratique, au moment de la publication de l’étude, l’équipe de recherche avait vu une vingtaine de patients présentant ces lésions. Chez ces patients, une articulation importante telle que celle du poignet, de la cheville ou de l'épaule a été complètement paralysée d'un côté du corps.

 

Modifier le protocole de position couchée pour les patients COVID-19 ? C’est la décision adoptée au Northwestern Memorial Hospital afin de prévenir les lésions nerveuses : « Nous avons remarqué que les patients subissent une pression énorme au niveau du coude ou du cou, nous avons donc apporté quelques ajustements sur la façon dont nous positionnons les articulations et mis des rembourrages supplémentaires sous le coude et le genou là où il y a le plus de pression ».

Certains patients présentent des lésions sur jusqu'à 4 sites distincts.

 

Certaines personnes ont besoin d’une aide à la marche ou d’un fauteuil roulant. L’équipe a également mis en œuvre un protocole de stimulation nerveuse thérapeutique, qui favorise la régénération nerveuse. Cependant les auteurs notent que de nombreux patients ont des comorbidités, comme le diabète par exemple, qui interfèrent avec la régénération nerveuse...