Actualités

COVID-19 : Désarmer la réponse pulmonaire mortelle

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 6 jours
JCI Insight
Désarmer la réponse pulmonaire mortelle du système immunitaire dans le COVID, c’est l’entreprise de cette équipe  (Visuel Adobe Stock 494406710)

Désarmer la réponse pulmonaire mortelle du système immunitaire dans le COVID, c’est l’entreprise de cette équipe du Cold Spring Harbor (CSH, New York). Les chercheurs parviennent avec avec un médicament candidat et sur un modèle de laboratoire à prévenir l'inflammation pulmonaire. Ces travaux, publiés dans le JCI Insights, exploitent « tout simplement » un processus naturel, le vieillissement des neutrophiles, que le corps utilise pour contrôler la durée de vie des cellules immunitaires. Et en vieillissant, les neutrophiles deviennent moins dangereux.

 

Les neutrophiles, le type le plus abondant de globules blancs, constituent la première ligne de défense de l'organisme contre les infections. Les agents pathogènes étrangers peuvent stresser le corps et induire l’activation des neutrophiles. Lorsqu'ils sont suractivés, les neutrophiles peuvent induire une inflammation telle qu’elle endommage les propres tissus du corps, et lorsque cette inflammation gagne les poumons, elle entraîne des lésions pulmonaires. Ces lésions pulmonaires aiguës peuvent entraîner un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), la principale cause de décès par COVID-19.

En inhibant une protéine, il est possible de prévenir cette inflammation mortelle

Une protéine clé, PTP1B : en criblant une base de médicaments, l’équipe a identifié un candidat capable de prévenir l'inflammation pulmonaire mortelle chez la souris, en inhibant cette protéine PTP1B :

 

  • le prétraitement de souris modèles de COVID avec l'inhibiteur de PTP1B réduit considérablement les dommages aux tissus pulmonaires ;
  • lorsqu'elles sont traitées, toutes les souris survivent, vs 50 % des modèles non traités.

Une découverte qui va permettre le développement de meilleurs traitements pour prévenir le SDRA dans la maladie COVID.

 

« Lorsque la pandémie s'est installée, nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire pour prévenir ce développement mortel de la maladie ».

 

Quel mécanisme ? Les chercheurs exploitent le processus naturel de vieillissement des neutrophiles, que le corps utilise pour contrôler la durée de vie de ses cellules immunitaires. En vieillissant, les neutrophiles deviennent moins dangereux. L'inhibition de PTP1B accélère le vieillissement des neutrophiles.

« Un neutrophile âgé est comme un soldat sans arme.

Ainsi, quel que soit la concentration de neutrophiles dans les poumons, ils ne peuvent plus causer de dommages sérieux ».

 

Au-delà de bloquer la détresse respiratoire dans le COVID-19, ces recherches vont mener à de nouveaux traitements pour différentes maladies inflammatoires.