Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Faire de l’exercice avec le masque ?

Actualité publiée il y a 6 jours 17 heures 20 min
Annals of the American Thoracic Society
Pratiquer l’exercice avec un masque, oui, c’est tout à fait possible car les masques n'altèrent pas la fonction pulmonaire pendant l'activité physique (Visuel Adobe Stock 330880057)

Pratiquer l’exercice avec un masque, oui, c’est tout à fait possible car les masques n'altèrent pas la fonction pulmonaire pendant l'activité physique, soutient cette nouvelle étude publiée dans les Annals of The American Thoracic Society, en faveur à la fois de l'observance d'une pratique éprouvée de prévention contre les infections et de la poursuite de la pratique de l’exercice physique. L’étude menée à l’Université de Californie - San Diego soutient ainsi que les masques faciaux ne modifient pas de manière significative le travail réel de la respiration ou le flux d'oxygène et de dioxyde de carbone lorsqu'ils sont portés pendant l'exercice.

 

Le port du masque permet de limiter la propagation du COVID-19 en réduisant les gouttelettes respiratoires et les aérosols rejetés dans l'air lorsque les gens respirent, parlent, rient, éternuent ou toussent. Mais la barrière physique constituée par le masque peut susciter quelques inquiétudes sur une altération possible de la fonction cardio-pulmonaire, respiration devenant plus difficile, le flux d'oxygène inhalé et de dioxyde de carbone expiré étant modifiés et la dyspnée – ou l'essoufflement – pouvant être augmentés en particulier pendant l'activité physique. En réponse aux plaintes d’essoufflement et de sensation d’étouffement de certaines personnes, face aux nouvelles obligations de porter le masque, des chercheurs de l'Université de Miami avaient déjà répondu, dans la même revue : « les masques faciaux sont peu susceptibles de provoquer une surexposition au CO2, même chez les patients atteints d'une maladie pulmonaire ».

Le masque n’entraîne pas de modification significative de la fonction cardio-pulmonaire

La nouvelle étude conclut à nouveau que si les sensations de dyspnée peuvent en effet augmenter, il y a peu de preuves empiriques que le port du masque diminue de manière significative la fonction pulmonaire, même pendant un exercice intense. « Il se peut que l’effort perçu soit plus important au cours de l'activité, mais les effets du masque sur la respiration, sur les échanges gazeux comme l'oxygène et le CO2 dans le sang ou d'autres paramètres physiologiques sont modestes, et souvent trop petits pour être détectés », résume l’auteur principal, le Dr Susan Hopkins, professeur de médecine et de radiologie à l'Université de Californie à San Diego.

 

Sur l’absence de preuves soutenant des différences selon le sexe ou l'âge dans les réponses physiologiques à l'exercice avec le masque, les chercheurs sont également formels : avec une exception cependant,  les personnes atteintes d'une maladie cardio-pulmonaire grave dans laquelle toute résistance supplémentaire à la respiration ou chez qui des modifications mineures des gaz sanguins sont susceptibles d’entraîner une dyspnée qui affecte la capacité d'exercice. Mais, précisent alors les chercheurs, ces patients se sentiront d’eux-mêmes trop mal à l'aise pour pratiquer l'exercice.

 

Ces conclusions, issues d’un examen complet de la littérature scientifique, ont pris en compte plusieurs facteurs, tels que l’effort respiratoire (l'énergie quantifiée dépensée pour inspirer et expirer), les gaz du sang artériel, les effets sur le flux sanguin musculaire et la fatigue, la fonction cardiaque et le flux sanguin vers le cerveau. Cet examen confirme ainsi que chez les personnes en bonne santé, les effets du port du masque sur ces différents marqueurs physiologiques sont très minimes. Il n’en reste pas moins que

« le port d'un masque facial peut être inconfortable »,

et entraîner de minuscules augmentations de la résistance respiratoire. La plupart des effets sont en réalité « de simples perceptions sensorielles sans impact réel sur la fonction cardio-pulmonaire chez les personnes en bonne santé ».