Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Il pourrait réveiller la bactérie qui dort

Actualité publiée il y a 3 mois 2 jours 18 heures
The American Journal of Pathology
Certains scientifiques craignent, qu'à long terme, le virus puisse réactiver des infections bactériennes dormantes telles que la tuberculose chez certains individus infectés (Visuel Adobe stock 254908648)

Certains scientifiques craignent, qu'à long terme, le virus puisse réactiver des infections bactériennes dormantes telles que la tuberculose chez certains individus infectés. Les infections virales telles que le virus de la grippe ou le SRAS-CoV-1 sont en effet déjà connues pour provoquer une immunosuppression transitoire qui peut conduire à la réactivation d'une infection bactérienne dormante. Ainsi, cette étude indo-américaine montre comment, chez la souris, un type de coronavirus a la capacité de réactiver la tuberculose (TB) dormante. Ces travaux publiés dans l’American Journal of Pathology alertent sur un risque d’explosion post-pandémique de certaines infections bactériennes opportunistes, mais révèlent également un mécanisme de défense des cellules souches qui pourrait aider à développer de nouveaux vaccins contre le COVID-19 et d’autres infections virales.

 

Les chercheurs rappellent ainsi que le taux de mortalité le plus élevé pendant la pandémie de grippe espagnole de 1918 a été recensé chez chez les patients atteints de tuberculose et les patients atteints de tuberculose multirésistante ont connu alors un pronostic encore plus défavorable.

 

Cette étude montre justement que le coronavirus active un mécanisme de défense médié par les cellules souches qui réactive la tuberculose dormante dans un modèle murin. Ce constat laisse craindre une éventuelle pandémie mondiale de tuberculose, relève l’auteur principal, le Dr Bikul Das, du département des maladies infectieuses du Guwahati Biotech Park de l’Institut indien de technologie (Guwahati, Inde) et chercheur à l’Université du Massachusetts.

Le coronavirus réactive la TB dormante chez les souris modèles

Les chercheurs ont étudié l'infection par le coronavirus de l'hépatite murine-1 (MHV-1) dans le poumon d’une souris modèle de tuberculose dormante médiée par les cellules souches mésenchymateuses (MSC) :

  • la souris modèle présente alors des charges virales 20 fois inférieures à celles des souris témoins exemptes de TB à la troisième semaine d'infection virale et une multiplication par 6 des cellules souches altruistes qui contribuent à la défense contre le virus.
  • la tuberculose est réactivée chez les souris modèles ce qui suggère que les bactéries tuberculeuses dormantes détournent ces cellules souches pour se répliquer dans les poumons et provoquer le développement de la tuberculose pulmonaire ;
  • ces cellules souches sont transitoires : elles se développent pendant 2 semaines puis subissent une apoptose. Durant leur vie, ces cellules présentent des activités antivirales contre le coronavirus en sécrétant des facteurs solubles.

 

Un nouveau mécanisme de défense des cellules souches contre l'infection par le coronavirus : ce mécanisme inspire en effet de nouvelles approches thérapeutiques contre COVID-19. La réactivation de la tuberculose dans un modèle de souris dormante par le coronavirus « MHV-1 » suggère la possibilité qu'à long terme, après la pandémie, le virus SARS-CoV-2 puisse réactiver des infections bactériennes dormantes, mais aussi activer un mécanisme de défense médié par les cellules souches.

 

La découverte n’est pas anodine compte-tenu de la prévalence de la pandémie COVID actuelle concomitamment, dans certains pays, à la prévalence elle-aussi élevée de la TB dormante : cela pourrait entraîner une augmentation des cas de tuberculose active après COVID-19.

 

Cependant, le mécanisme de défense médié par les cellules souches, pourrait également être ciblé pour développer des vaccins contre les infections virales et éviter cette éventuelle résurgence d’une pandémie mondiale de tuberculose, cette fois.