Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Le gène de Néandertal qui réduit de 22% le risque

Actualité publiée il y a 2 mois 4 semaines 1 jour
PNAS
Les Néandertaliens ont contribué à une variante génétique protectrice (Visuel Adobe Stock 331690395)

Au début de la pandémie, cette équipe du Karolinska Institutet (Suède) et de l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutive (Leipzig), révélait qu'un facteur de risque génétique majeur de forme grave de COVID-19 était hérité de l’homme de Néandertal. Aujourd’hui, la même équipe montre dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) que les Néandertaliens ont également contribué à une variante protectrice : en dehors de l'Afrique, la moitié d’entre nous serions porteurs d'un variant de ce gène néandertalien qui réduit de 22% le risque de forme sévère de COVID-19.

 

Cette découverte, comme la précédente, peut contribuer à expliquer pourquoi certaines personnes tombent gravement malades en cas d’infection à SRAS-CoV-2 alors que d'autres personnes ne présentent que des symptômes légers ou inexistants. En effet, ces variants génétiques viendraient compenser ou se combiner aux autres facteurs de risque connus, comme l'âge avancé et certaines comorbidités.

Ainsi, l’année dernière, les chercheurs avaient montré qu’un facteur de risque majeur, lui aussi hérité de l’homme de Néandertal et qui se situe sur le chromosome 3, semble augmenter considérablement le risque d'insuffisance respiratoire et de décès

La découverte d’une variante protectrice largement répandue

Située sur un site du chromosome 12, cette variante réduit de 22% précisément le risque de devoir recevoir des soins intensifs. Les gènes de cette région sont appelés OAS et régulent l'activité d'une enzyme qui décompose les génomes viraux, et la variante de Néandertal de l'enzyme semble le faire plus efficacement. 

 

« Une arme à double tranchant », c’est ainsi que qualifient ces scientifiques, notre héritage néandertalien en ce qui concerne notre réponse au SRAS-CoV-2. L’auteur principal, Hugo Zeberg, chercheur au Département de neurosciences du Karolinska Institutet et du Max Planck Institute précise également que la variante protectrice a augmenté en fréquence depuis la dernière période glaciaire, de sorte qu'elle est aujourd’hui portée par environ la moitié de toutes les personnes, en dehors de l'Afrique.

 

Une variante génétique extrêmement fréquente dans de nombreuses régions du monde : cela suggère que cette variante favorable dans le passé a été favorisée au cours de l’évoltion. Cependant, il reste « frappant que 2 variantes génétiques héritées de Néandertal influencent les résultats du COVID-19 dans des directions opposées ».