Actualités

COVID-19 : Le groupe sanguin associé à sa sévérité ?

Actualité publiée il y a 7 mois 3 heures 29 min
PLoS Genetics
Une enzyme, ABO, apparaît à la fois déterminante dans le groupe sanguin, mais aussi dans la sévérité de la maladie (Visuel Fotolia 107531953)

Un lien de causalité entre le groupe sanguin et le COVID-19 sévère ? C’est ce que suggère cette recherche menée au King's College de Londres et publiée dans la revue PLoS Genetics : les scientifiques britanniques identifient une enzyme, ABO, à la fois déterminante dans le groupe sanguin, mais aussi dans la sévérité de la maladie. Enfin, cette analyse de plus de 3.000 protéines visant à identifier celles qui sont causalement liées au développement des formes sévères de COVID-19, apporte un regard tout à fait neuf sur de nouvelles cibles thérapeutiques et prophylactiques possibles contre le COVID-19.

 

Les scientifiques utilisent une nouvelle technique génétique pour cribler plus de 3.000 protéines et en identifient 6 qui sous-tendent un risque accru de COVID-19 sévère et 8 qui apparaissent contribuer à la protection contre les formes sévères de COVID-19. C’est ainsi que la protéine ABO qui détermine les groupes sanguins, est identifiée comme ayant un lien de causalité avec le risque de développer un COVID-19 sévère.

Le groupe sanguin pourrait donc jouer un rôle déterminant dans le développement du COVID

L’auteur principal, le Dr Alish Palmos de l'Institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences du King's College, explique : « Nous utilisons une approche purement génétique et informatique pour étudier un grand nombre de protéines sanguines et nous identifions une poignée comme ayant des liens de causalité avec le développement des formes sévères de COVID-19.

 

La randomisation mendélienne, une méthode de comparaison des relations causales entre différents facteurs de risque et les résultats pour la santé, utilise de grands ensembles de données génétiques, et peut évaluer la relation entre les variantes génétiques liées à une exposition (dans ce cas, des niveaux élevés de protéines sanguines individuelles et les variantes génétiques liées à l'évolution de la maladie COVID-19 sévère). Ici, l'étude a pris en compte 2 niveaux de gravité du COVID-19 : l'hospitalisation et l'assistance respiratoire, ou le décès. L’analyse identifie ainsi :

 

  • 6 protéines liées de manière causale à un risque accru d'hospitalisation ou d'assistance respiratoire ainsi que de décès lié au COVID-19 ;
  • 8 protéines protectrices contre l'hospitalisation ou l'assistance respiratoire et le décès ;
  • une « distinction » entre les types de protéines liées à l'hospitalisation et celles liées à l'assistance respiratoire et au décès, ce qui suggère que ce sont des mécanismes différents qui sont à l'œuvre dans ces 2 stades de sévérité de la maladie ;
  • l’enzyme (ABO) qui détermine le groupe sanguin s’avère causalement associée à la fois à un risque accru d'hospitalisation et à la nécessité d'une assistance respiratoire. Ces différentes données, combinées avec celles de précédentes montrant que la proportion du groupe A est plus élevée chez les sujets positifs au COVID-19, suggèrent que
  • le groupe sanguin A est un bon groupe « candidat » pour de futures études de suivi.

 

Le Dr Christopher Hübel du King's College de Londres, co-auteur de l’étude résume ce résultat : « L'enzyme ABO aide à déterminer le groupe sanguin d'un individu et est liée à la fois au risque d'hospitalisation et au besoin d'assistance respiratoire ou de décès. Notre étude n'établit pas de lien entre le groupe sanguin précis et le risque de COVID-19 sévère, mais comme de précédentes recherches ont montré que l’incidence de l’infection COVID est plus élevée chez les personnes du groupe A, cela suggère que le groupe sanguin A est probablement plus vulnérable. Il faudra déterminer pourquoi ».

 

Une nouvelle étape vers des cibles thérapeutiques inédites : en identifiant ces protéines et en évaluant comment elles sont liées à la maladie peut aider à comprendre les mécanismes sous-jacents et à identifier de nouvelles cibles pour le développement ou le repositionnement de médicaments.

 

  • 3 molécules d'adhésion sont également identifiées comme causalement liées à une diminution du risque d'hospitalisation et à la nécessité d'une assistance respiratoire. Comme ces molécules d'adhésion interviennent dans l'interaction entre les cellules immunitaires et les vaisseaux sanguins, cela concorde avec de précédentes recherches suggérant que le stade avancé du COVID-19 implique aussi les parois endothéliales des vaisseaux sanguins.

 

En identifiant cette série de protéines, la recherche met en évidence, de manière "originale"  un certain nombre de cibles possibles pour traiter le COVID-19 sévère.