Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Le nouvel antiviral oral qui divise par 100 la charge virale

Actualité publiée il y a 5 mois 1 semaine 4 jours
Nature Communications
Les animaux traités par le nouvel antiviral ont 100 fois moins de virus infectieux dans leurs poumons que le groupe témoin (Visuel NIAID)

L’actualité médicale donne une large place aux vaccins anti-COVID, mais pour répondre au nombre toujours très élevé de cas, il existe un besoin considérable de nouveaux traitements plus efficaces, en dépit des progrès réalisés dans la prise en charge des patients depuis les débuts de l’épidémie. Cette équipe des National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID/NIH) présente, dans la revue Nature Communications, un nouvel antiviral qui fait ses premières preuves dans une étude pré-clinique sur le hamster. En divisant par 100 la charge virale, le candidat, MK-4482, montre son efficacité à prévenir et à traiter l'infection par le SRAS-CoV-2.

 

Chez le hamster, modèle d’infection COVID-19, l’antiviral expérimental MK-4482 a considérablement réduit les niveaux de virus mais aussi les lésions pulmonaires. MK-4482 qui fait actuellement l'objet d'essais cliniques chez l'Homme présente l’avantage de son administration par voie orale- un avantage par rapport au Remdesivir, l’antiviral déjà approuvé par l’Agence américaine Food and Drug Administration (FDA) et l’Agence européenne pour traiter le COVID-19, qui doit être administré par voie intraveineuse.

Un antiviral oral efficace avant et après l'infection par le SARS-CoV-2

Efficace en cas d’exposition à risque ou en cas d’infection avérée : le traitement par MK-4482 s’avère efficace -chez le hamster- lorsqu'il est administré jusqu'à 12 heures avant ou 12 heures après l’infection par le virus SRAS-CoV-2. Ces données suggèrent que le traitement par MK-4482 pourrait atténuer le risque de COVID-19 associé à une exposition à risque et bien sûr traiter une infection établie par le SRAS-CoV-2. Enfin, le candidat pourrait sans doute être utilisé seul ou en association avec d'autres médicaments.

 

L’étude, préclinique, a été menée sur 3 groupes de hamsters : un groupe de traitement pré-infectieux ; un groupe de traitement post-infection ; et un groupe témoin non traité. Pour les deux groupes de traitement, les scientifiques ont administré aux hamsters du MK-4482 par voie orale toutes les 12 heures pendant 3 jours. Les scientifiques ont déterminé les doses de MK-4482 sur la base d'expériences antérieures réalisées sur des modèles murins de SARS-CoV-1 et MERS-CoV. Dans ces études également, MK-4482 s’était avéré efficace pour empêcher la réplication du virus.

A la fin du suivi,

 

  • les animaux des 2 groupes de traitement présentent 100 fois moins de virus infectieux dans leurs poumons que le groupe témoin ;
  • les animaux des deux groupes de traitement ont également significativement moins de lésions pulmonaires que le groupe témoin.

 

N.B. Merck et Ridgeback Biotherapeutics développent et évaluent actuellement conjointement le MK-4482 en tant que candidat traitement du COVID-19. Le médicament est en cours d’essais cliniques de phases II et III.