Actualités

COVID-19 : Le vaccin antigrippal peut amortir ses effets sévères

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 3 semaines
PLoS ONE
Le vaccin contre la grippe apporte une protection vitale contre COVID-19 (Visuel Fotolia 34999560)

C’est une nouvelle étude à suggérer que la vaccination contre la grippe protège aussi contre les formes sévères de COVID-19. Les chercheurs de la Miller School of Medicine de l'Université de Miami montrent en effet, dans la revue PLoS ONE, que le vaccin contre la grippe apporte une protection vitale contre COVID-19. Il s’agit de la plus grande étude réalisée sur le sujet et elle suggère de multiples avantages de la vaccination antigrippale contre de nombreux symptômes de la maladie COVID-19. En particulier, éviter une « twindémie » ou épidémie simultanée de grippe et de coronavirus.

 

Cette analyse de milliers de dossiers de patients du monde entier, suggère fortement que le vaccin antigrippal annuel réduit les risques d'accident vasculaire cérébral (AVC), de septicémie et de thrombose veineuse profonde (TVP) chez les patients atteints de COVID-19. Les patients atteints de COVID-19 et préalablement vaccinés contre la grippe ont également un risque très réduit d’avoir à se rendre aux Urgences ou d’être pris en charge en unité de soins intensifs.

Le vaccin antigrippal, une nouvelle option pour réduire la morbidité et la mortalité associées au COVID ?

C’est bien la vision de l’auteur principal, le Dr Devinder Singh, chef de service de chirurgie plastique et professeur de chirurgie à la Miller School : « Seule une petite fraction du monde a été entièrement vaccinée contre COVID-19 à ce jour, et nous devons trouver encore d’autres solutions pour faire face aux conséquences considérables de la pandémie ». L’accès en temps réel aux données de millions de patients est un outil de recherche incroyablement puissant et permet ici d’observer une association entre le vaccin contre la grippe et une morbidité réduite chez les patients COVID-19.

 

Les résultats préliminaires de cette étude avaient été présentés lors du Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID) et avaient déjà reçu une attention internationale. D’autant que l’étude a été menée à partir des dossiers des patients de plusieurs pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie, Israël et Singapour. 2 groupes de 37.377 patients ont été appariés pour les facteurs pouvant influencer leur vulnérabilité au COVID-19 sévère (dont l'âge, le sexe, l'origine ethnique, le tabagisme et certaines « comorbidités »).

  1. Les participants du 1er groupe d'étude avaient été vaccinés contre la grippe un peu plus de 6 mois avant de recevoir un diagnostic de COVID-19 ;
  2. Les participants du 2è groupe avaient également un diagnostic positif de COVID-19 mais n'étaient pas vaccinés contre la grippe.

 

L'incidence de 15 effets indésirables (septicémie ; accidents vasculaires cérébraux ; thrombose veineuse profonde ou TVP ; embolie pulmonaire ; insuffisance respiratoire aiguë ; syndrome de détresse respiratoire aiguë ; arthralgie ou douleurs articulaires ; insuffisance rénale ; anorexie ; crise cardiaque ; pneumonie ; visites aux services d'urgence ; hospitalisation ; admission aux soins intensifs ; et décès) a été comparée entre les 2 groupes, à 30, 60, 90 et 120 jours suivant le test positif pour COVID-19. L'analyse révèle que les participants diagnostiqués COVID et non vaccinés contre la grippe présentent :

 

  • un risque accru jusqu’à 20% d’avoir à être pris en charge en USI ;
  • un risque accru de 58 % d’avoir à se rendre aux Urgences ;
  • un risque accru de 45% de septicémie ;
  • un risque accru de 58 % d’AVC ;
  • un risque accru de 40% de TVP ;
  • seul le risque de décès n'est pas réduit par une vaccination antigrippale préalable.
  • Pour 176 patients vaccinés contre la grippe, 1 une visite aux urgences pour COVID est évitée, dans les 120 jours suivant le test positif ;
  • pour 286 patients vaccinés contre la grippe, 1 cas de septicémie associée au COVID est évité ;
  • pour 440 patients vaccinés contre la grippe, 1 admission en USI pour COVID est évitée.

 

Quel processus d'action ? Les scientifiques ignorent encore comment précisément le vaccin antigrippal offre cette  protection contre les complications de COVID-19, cependant les auteurs font l’hypothèse que le vaccin antigrippal peut renforcer le système immunitaire inné.

 

Opter pour la double vaccination ? En dépit de ces résultats, les auteurs recommandent fortement de combiner la vaccination anti-COVID-19 ainsi que la vaccination annuelle contre la grippe. D’autres essais contrôlés randomisés prospectifs sont encore nécessaires pour mieux comprendre le lien possible. L’étude ouvre néanmoins une perspective : le vaccin contre la grippe pourrait être utilisé pour apporter une protection minimale dans les pays où il y a encore pénurie de vaccin COVID-19.

« La vaccination contre la grippe contribue à éviter une éventuelle « twindémie »,

ou épidémie simultanée de grippe et de coronavirus.

 

« Quel que soit le degré de protection apporté par le vaccin antigrippal contre les effets indésirables associés au COVID-19, le simple fait de pouvoir contrôler l’incidence de la grippe est une raison suffisante pour promouvoir la vaccination antigrippale ».