Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Les vaccins peu efficaces chez les patients greffés immunodéprimés

Actualité publiée il y a 5 mois 3 semaines 4 jours
JAMA
Les vaccins COVID-19 actuels pourraient ne pas produire une réponse anticorps suffisante chez les receveurs de greffes d’organes (Visuel Lisa Ferdinando, U.S. Department of Defense)

Les vaccins COVID-19 actuels pourraient ne pas produire une réponse anticorps suffisante chez les receveurs de greffes d’organes, souligne cet article de chirurgiens experts de la Johns Hopkins Medicine. Au-delà, les chercheurs posent la question du niveau d’efficacité des vaccins pour les personnes immunodéprimées. Des conclusions à lire dans le JAMA, qui mettent en garde les personnes immunodéprimées qui pourraient rester vulnérables au COVID-19 après la vaccination.

 

Les essais cliniques menés pour déterminer l'immunogénicité ou la capacité des vaccins actuels à déclencher une réponse immunitaire, au moins un groupe de patients n’a pas été pris en compte : les personnes greffées d'organes solides, atteintes de maladies auto-immunes ou immunodéprimées. L’équipe de Baltimore a regardé comment ce groupe de patients répondait à la vaccination.

Immunodépression et vaccination anti-COVID

Les chercheurs ont donc évalué comment ces patients immunodéprimés réagissent à leur première dose de l'un des deux vaccins à ARNm (Moderna et Pfizer-BioNTech) et concluent avec déception, que seuls 17% des patients ont produit des anticorps détectables contre le virus SARS-CoV-2. « Ces résultats marquent un contraste frappant avec les personnes ayant un système immunitaire sain », commente l'auteur principal, le Dr Brian Boyarsky, MD, chirurgien à la Johns Hopkins University.

 

L’étude est menée auprès de 436 greffés, âgés en moyenne de 55 ans, à 61% des femmes, et dont aucun n'avait reçu un diagnostic de COVID-19 ou été testé positif pour les anticorps anti-SRAS-CoV-2. 52% de ces patients ont reçu une injection du vaccin Pfizer-BioNTech ;

  • 48% ont reçu une injection du vaccin Moderna ;
  • le délai médian depuis la greffe était de 6,2 ans ;
  • 20 jours après cette injection de vaccin, seulement 76 des 436 participants soit 17% ont présenté des anticorps détectables contre le virus SRAS-CoV-2 ;
  • parmi ces répondants greffés, les plus susceptibles de développer une réponse anticorps étaient les patients âgés de moins de 60 ans qui ne prenaient pas d'antimétabolites pour l'immunosuppression et qui avaient reçu le vaccin Moderna.

 

De nouveaux essais cliniques sont nécessaires : il convient donc d’alerter les personnes immunodéprimées qu'elles pourraient encore être vulnérables au COVID-19 après une première vaccination, déclare le Dr Dorry Segev, professeur de chirurgie et d'épidémiologie, expert en transplantation d’organes à la Johns Hopkins University School of Medicine.

 

Les chercheurs appellent à tenir de nouveaux essais cliniques pour préciser la réponse immunogène des receveurs de greffe d'organe et d'autres patients immunodéprimés après une deuxième dose de vaccin.