Actualités

COVID-19 : Pourquoi il vaut mieux ne pas avoir aussi la grippe

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 3 jours
The Lancet
C’est tout particulièrement la co-infection SARS-CoV-2 et virus grippal qui est préoccupante (Visuel Adobe Stock 327572988)

C’est tout particulièrement la co-infection SARS-CoV-2 et virus grippal qui est préoccupante, alerte cette équipe de l’Université d'Édimbourg. L’étude révèle que des patients hospitalisés pour un COVID-19 et la grippe en même temps, encourent un risque significativement plus important de forme sévère et de décès par rapport aux patients « COVID-19 seul » ou COVID et infection par d'autres virus. En d’autres termes, une co-infection par le SRAS-CoV-2 et les virus grippaux entraîne un risque démultiplié d’avoir besoin d’une assistance respiratoire ou de décès. Ces données, publiées dans le Lancet, ont des implications multiples en termes de prévention.

 

L’un des auteurs principaux, le Dr Maaike Swets, de l'Université d'Édimbourg et de Leiden explique : « Au cours de ces 2 dernières années, nous avons fréquemment suivi des patients atteints de COVID-19 qui ont développé des formes sévères, ont été admis en soins intensifs avec une assistance respiratoire. Nous avions également constaté que l’infection grippale pouvait donner lieu à une situation similaire, c’est pourquoi nous avons étudié la double infection par le SRAS-CoV-2 et d'autres virus respiratoires ».

Limiter à tout prix les co-infections

L'équipe d'Édimbourg, avec des collègues de l'Université de Liverpool, de Leiden (Pays-Bas) et de l'Imperial College de Londres a mené cette étude, dans le cadre du programme de l’International Severe Acute Respiratory and emerging Infection Consortium’s (ISARIC), auprès de plus de 305.000 patients hospitalisés atteints de COVID-19 et, pour certains d’entre eux, d’autres virus respiratoires endémiques. L'équipe a analysé les données de ces patients sur la période février 2020 - décembre 2021.

 

  • des co-infections virales respiratoires ont été enregistrés chez 6.965 participants -diagnostiqués également avec COVID-19 (Soit 2,5 % des patients hospitalisés pour COVID-19) ;
  • 227 d'entre eux ont été diagnostiqués avec le virus de la grippe ;
  • Ces participants connaissent des résultats beaucoup plus graves :
  • une probabilité multipliée par 4 d’avoir besoin d’une ventilation mécanique
  • un taux de décès 2,4 fois plus élevé que les participants ayant seulement le COVID-19.

 

Une combinaison virale dangereuse : l’un des principaux auteurs, le professeur Kenneth Baillie, professeur de médecine à l'Université d'Édimbourg confirme que « la combinaison des virus COVID-19 et de la grippe est particulièrement dangereuse. Un résultat important alors que de nombreux pays réduisent actuellement le recours aux mesures de distanciation sociale et de confinement. Nous nous attendons à ce que SARS-CoV-2 circule avec les virus grippaux et donc à une augmentation de l’incidence des co-infections. C'est pourquoi nous devons adapter notre stratégie de test pour les patients COVID-19 à l'hôpital et « dépister » la grippe plus largement ».

 

D’autant qu’avec l’allègement des mesures barrières, les chercheurs observent une augmentation des virus respiratoires saisonniers habituels.  

 

Des implications en prévention : en effet ce risque démultiplié engage les cliniciens à dépister l’infection grippale -en particulier au cours de la saison grippale- chez les patients admins pour COVID-19, soulignent à nouveau l'importance d'une vaccination complète contre le COVID-19 et la grippe, en particulier chez les personnes plus âgées ou immunodéprimées et enfin, soutiennent l’importance de maintenir certaines règles d’hygiène et de distanciation, efficaces contre l’ensemble des virus.

 

«Comprendre les conséquences des doubles infections du SRAS-CoV-2 et d'autres virus respiratoires est crucial car les implications peuvent être lourdes pour les patients, les hôpitaux et la capacité des soins intensifs pendant les saisons grippales ».