Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Pouvoir prédire la vulnérabilité génétique de chacun ?

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 2 semaines
European Society of Human Genetics
L'identification de gènes de susceptibilité liés à une issue soit favorable, soit défavorable de l'infection est possible (Visuel AdobeStock_206681170)

Les équipes de recherche les plus téméraires tentent d’introduire cette vulnérabilité dans le génome même du coronavirus pour l’empêcher de nuire en population générale. Cette équipe italienne tente quant à elle de comprendre pourquoi certaines personnes sont vulnérables et d’autres pas à l'infection à SARS-Cov-2 et à la maladie COVID-19. Ces travaux présentés en ligne à l’occasion de l’European Society of Human Genetics Conference permettent ainsi de mieux comprendre la très grande variabilité d’un individu à l’autre de la sensibilité au COVID-19. Cette nouvelle compréhension de la sensibilité génétique individuelle à la maladie est en effet non seulement vitale pour le pronostic, mais aussi pour la prévention et le développement de nouveaux traitements. Cette première étude de séquençage exomique aboutit à un premier « trait de vulnérabilité complexe, dérivé d'une combinaison de facteurs génétiques à la fois rares et communs ».  

 

Pour la première fois, ces scientifiques italiens parviennent ainsi à identifier la base génétique et moléculaire de cette sensibilité à l'infection ainsi que de la vulnérabilité à une forme plus sévère de la maladie.

Identification de gènes de susceptibilité liés à une issue soit favorable, soit défavorable de l'infection

Il s’agit du projet GEN-COVID mené à partir d’échantillons génomiques de patients COVID-19 recueillis dans toute l'Italie, et qui vise à préciser les causes génétiques de cette variabilité clinique de la maladie. En utilisant le séquençage de l'exome (partie du génome comprenant les gènes qui cident pour des protéines) de 130 patients COVID, l’équipe a pu identifier certains gènes de susceptibilité communs liés à une issue soit favorable, soit défavorable de l'infection.

« Nous pensons que les variations de ces gènes peuvent déterminer la progression de la maladie »,

résume le Pr Alessandra Renieri, directeur du Département Génétique de l’Université de Sienne.

 

Des gènes de susceptibilité à l’infection ? Si la recherche de gènes communs aux patients infectés vs sains n'a pas donné de résultats statistiquement significatifs à l'exception de quelques gènes, en analysant le génome de chaque patient comme un cas spécifique, les chercheurs ont pu identifier pour chaque cas une moyenne de 3 mutations pathogènes impliquées dans la sensibilité à l'infection COVID.

Ainsi, la présentation la maladie semble différente pour chaque sujet (un peu comme dans le cas de l'autisme) ce qui rend probablement le diagnostic plus complexe mais n'exclut pas la possibilité d’un même traitement efficace dans une majorité de cas. Le modèle proposé inclut donc bien des gènes communs

dont l'ACE2 qui reste l'une des cibles majeures.

« Ainsi, tous les patients COVID-19 sont porteur d’un gène/protéine ACE2 « intacte », et la voie biologique impliquant ce gène reste une cible majeure pour le développement de médicaments », explique le professeur Renieri. L'ACE2 est une enzyme attachée à la surface externe des cellules de plusieurs organes, dont les poumons, qui abaisse la pression artérielle. ACE2 sert de point d'entrée de certains coronavirus, dont SARS-CoV-2.

Une meilleure compréhension du profil génétique des patients peut permettre de repositionner certains médicaments existants pour des approches thérapeutiques spécifiques contre COVID-19 ainsi que d'accélérer le développement de nouveaux médicaments antiviraux. La capacité d'identifier les patients susceptibles de souffrir d'une pneumonie sévère et leur réactivité à des médicaments spécifiques va permettre également des interventions de traitement mieux personnalisées.

 

2.000 autres échantillons sont en cours d’analyse, et doivent permettre de valider ces premières données de susceptibilité génétique dans une population plus large. L’objectif est de préciser encore la vulnérabilité de chaque sujet à COVID-19, soit « l'un des traits génétiques les plus complexes, assorti d’un taux élevé d'héritabilité ».

 

Prochaine étape, de nouveaux modèles mathématiques utilisant l'intelligence artificielle capable de percer la complexité de ce trait, dérivé d'une combinaison de facteurs génétiques à la fois rares et communs.