Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Principaux facteurs de mortalité en EHPAD

Actualité publiée il y a 1 semaine 5 jours 27 min
JAMA Internal Medicine
Quelles sont les caractéristiques des patients associées à la mortalité toutes causes confondues à 30 jours chez les résidents COVID-19 symptomatiques des EHPAD  (Visuel Adobe Stock 362235750)

Quelles sont les caractéristiques des patients associées à la mortalité toutes causes confondues à 30 jours chez les résidents COVID-19 symptomatiques des EHPAD (ou maisons de soins infirmiers pour les personnes âgées) ? Cette étude d’une équipe de la Brown University School of Public Health menée sur plus de 5.000 résidents et publiée dans le JAMA Internal Medicine révèle 3 facteurs de risque majeurs de décès et un ensemble de signes cliniques qui peuvent permettre de prendre en charge ces résidents de manière mieux personnalisée.

 

Partout dans le monde, la pandémie COVID-19 a gravement touché les maisons de retraite avec plus d’un tiers des décès recensés chez des résidents d’EHPAD. Ces résidents, plus vulnérables en raison de leur âge et de leurs résultats de santé, réunis au sein d’un même établissement, présentent un risque élevé de complications et de décès. Cependant, mieux cerner, dans ce groupe spécifique de population, les facteurs de risque de mortalité peut permettre de mieux stratifier et de mieux prévenir les risques.

Un âge plus élevé, le sexe masculin et une fonction cognitive et physique altérée

Ce sont les 3 caractéristiques qui apparaissent ici, sans surprise, des facteurs de risque majeurs et indépendants de mortalité toutes causes confondues à 30 jours.

Il s’agit d’une étude de cohorte ayant suivi 5.256 résidents de 351 maisons de retraite, à 61% des femmes, et analysé de nombreuses caractéristiques, dont les données sociodémographiques, les symptômes, les comorbidités et les déficiences fonctionnelles physiques et cognitives. Ces participants diagnostiqués positifs par test PCR au SRAS-CoV-2 présentaient des symptômes de COVID-19. Le principal résultat recherché était l’incidence du décès, toutes causes confondues, dans les 30 jours suivant le premier résultat positif au test SARS-CoV-2.

 

Sur l’âge : vs participants âgés de 75 à 79 ans,

  • les résidents de la tranche d’âge 80 à 84 ans ont un risque accru de 46%,
  • les résidents de la tranche d’âge 85 à 89 ans ont un risque accru de 59%,
  • les résidents âgés de 89 ans et plus ont un risque plus que multiplié par 2.

Sur le sexe : les femmes encourent un risque plus faible de 31% de décès à 30 jours.

2 comorbidités sont également associées à une mortalité plus élevée chez ce groupe de résidents plus âgés : le diabète qui accroît le risque de 21% et l'insuffisance rénale chronique qui accroît le risque de 33%.

Certains symptômes sont prédictifs du décès : la fièvre (+66%), l’essoufflement (+152%), la tachycardie (+31),  l'hypoxie (+105%).

La santé cognitive : par rapport aux résidents en bonne santé cognitive,

  • une déficience cognitive modérée est associée à un risque de décès multipliée par 2,
  • une déficience cognitive sévère est associée à un risque de décès multipliée par 2,8,

La fonction physique : une fonction physique diminuée modérée est associée à un risque accru de 49% de décès, une fonction physique diminuée sévère à un risque accru de 64% de décès à 30 jours.

 

Si ces résultats semblent relativement homogènes ern regard des données obtenues en population générale, ils peuvent faciliter considérablement la stratification des risques chez les résidents des EHPAD et la détection des personnes à risques les plus élevés.

 

Enfin, les chercheurs précisent que ces caractéristiques, âge, sexe et « fonctionnement » sont bien des facteurs indépendants de mortalité associée au COVID-19.