Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Quel risque de transmission lorsque les étudiants rentrent chez eux ?

Actualité publiée il y a 10 mois 2 semaines 17 heures
Health Systems
Un étudiant infecté qui rentre chez lui -ici pour Noël-, aurait en moyenne, infecté un peu moins d'un autre membre du foyer, soit 0,94 précisément (Visuel Adobe Stock 341578525)

Plus que ce nombre d’infections évalué au Royaume-Uni et lié au retour des étudiants britanniques à la maison pour les vacances de Noël, on retiendra le ratio estimé par cette équipe de modélisateurs de l'Université de Cardiff : un étudiant infecté qui rentre chez lui -ici pour Noël-, aurait en moyenne, infecté un peu moins d'un autre membre du foyer, soit 0,94 précisément.

 

Avec ces données documentées dans la revue Health Systems, l’équipe de Cardiff livre une application qui permet d’estimer le nombre d’infections dans ce type scenario, en fonction du nombre d’étudiants et du taux d’infection (prévalence) lors du retour à domicile. Les auteurs, loin de vouloir interdire le retour des jeunes à la maison, suggèrent quelques mesures de contrôle, dont un accès plus large des étudiants au test, avant le départ.

Un modèle statistique pour évaluer la transmission liée au retour des étudiants

Le modèle du professeur Paul Harper prédit ainsi, avec le déplacement de plus d'un million d'étudiants et un niveau d'infection modeste de 1% pourrait entraîner près de 10.000 nouveaux cas, chaque étudiant infecté autorisé à rentrer chez lui produisant en moyenne 0,94 infection secondaire. De plus, le modèle ne prend pas en compte la transmission possible avec trajet de retour, l’utilisation des transports en commun etc…

Les auteurs précisent donc que leurs résultats représentent un minimum de cas secondaires possibles.

 

Quelles mesures de prévention possibles ? Les chercheurs indiquent qu’il semble peu opportun d’interdire le retour des étudiants pour les vacances mais que quelques mesures simples peuvent endiguer le risque de transmission, comme réduire au maximum les contacts sociaux les jours précédant le départ, de mettre en place des jours de départ en vacances échelonnés et de donner accès aux tests aux étudiants avant leur retour à la maison.

 

Une application en ligne peut permettre d'adapter la simulation.

 

Ces données sont dores et déjà exploitées par les gouvernements des différents pays du Royaume-Uni.