Actualités

COVID-19 : Redonner de l'énergie aux cellules immunitaires ?

Actualité publiée il y a 5 jours 1 heure 37 min
Nature
Lorsque les cellules T (en blanc) se rechargent en énergie sous forme de corps cétoniques (bleu), elles sont aptes à combattre plus efficacement les virus (rouge) (Visuel © Chantal Wientjens, AG Prof. Wilhelm / University of Bonn).

Lorsque les cellules T (en blanc) se rechargent en énergie sous forme de corps cétoniques (bleu), elles sont aptes à combattre plus efficacement les virus (rouge). Au contraire, chez les personnes qui développent une forme sévère de COVID-19, les cellules immunitaires ne reçoivent pas suffisamment d'énergie et ne parviennent plus à combattre l'infection. Une démonstration effectuée par cette équipe de l’Université de Bonn, dans la revue Nature, avec des implications considérables pour la prévention comme le traitement des infections mais peut-être aussi des cancers.

 

Lorsque nous tombons malades, nous perdons souvent l'appétit. Cela a également un effet sur notre métabolisme : comme il n'est plus aussi bien alimenté en glucides, il passe à la combustion des graisses, qui crée des molécules riches en énergie appelées corps cétoniques.

Les corps cétoniques peuvent aider notre corps à faire face aux virus

C’est la conclusion remarquable de cette étude : « Nous constatons que les patients atteints d'infections grippales produisent des corps cétoniques en quantités considérables », relève le Dr Christoph Wilhelm, professeur à l'hôpital universitaire de Bonn.

 

Cependant, les personnes infectées par le SARS-CoV-2 et qui développent des formes sévères ont dans l’ensemble, des niveaux inférieurs de messagers inflammatoires dans leur sang. Cela est particulièrement vrai pour l'interféron gamma, une cytokine sécrétée par un groupe spécifique de cellules immunitaires, les cellules T auxiliaires (ou lymphocytes T auxiliaires ou cellules T CD4+). Ces cellules l'utilisent pour appeler à la rescousse d'autres agents du système immunitaire pour combattre les virus. Pour une production efficace d'IFN-gamma, cependant, les cellules T auxiliaires ont besoin de plus de corps cétoniques.

Moins de corps cétonique, c’est donc une production réduite d'interféron-gamma, une mort plus précoce des lymphocytes T auxiliaires et une défense immunitaire moins efficace.

Les corps cétoniques boostent le système immunitaire : d’autant que des effets similaires sont constatés avec un autre groupe important de cellules immunitaires, les cellules T tueuses, qui, elles-aussi ont besoin de corps cétoniques pour bien fonctionner et éliminer efficacement le virus. L’équipe explique que les corps cétoniques favorisent la fonction des mitochondries, des centrales énergétiques qui alimentent les cellules immunitaires, une énergie également nécessaire à la production d'interféron.

 

  • Sans corps cétoniques, en revanche, les lymphocytes T tueurs et les lymphocytes T auxiliaires montrent des signes d'épuisement. Dans cet état d’épuisement, ils ne peuvent plus remplir leur mission de défense.

 

Quelles options ? Un régime cétogène -pauvre en glucides et en protéines- mais riche en graisses ou l’administration directe de corps cétoniques, permettent, chez la souris modèle d’infection, de relancer la réponse immunitaire et de limiter les lésions pulmonaires. Ces résultats suggèrent donc l'espoir de nouvelles options de traitement.

 

« Il serait possible d'augmenter la puissance des défenses de l'organisme grâce à un changement de régime alimentaire », concluent les chercheurs qui déconseillent cependant expressément l'auto-expérimentation avec des compléments alimentaires ou des régimes, sans surveillance médicale, et, a fortiori en cas d’infection COVID.

 

Ces découvertes pourraient également être pertinentes pour d'autres infections et même contribuer au développement d'un nouveau type d'immunothérapie antitumorale.