Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Un dernier pas vers le spray nasal antiviral

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 1 jour
University of Birmingham
Un spray nasal antiviral contre le COVID-19 promet d'être disponible dès 2022 (Visuel Adobe Stock 434120165)

L’Université de Birmingham et Birmingham Biotech, une biotech déjà spécialisée dans les tests de diagnostic et les sprays nasaux protecteurs, viennent de signer un accord de licence pour un spray nasal antiviral contre le COVID-19. Alors que les restrictions COVID-19 dans le monde sont progressivement levées, mais que l’épidémie est à la hausse, cette innovation, qui promet d’être disponible dès début 2022, va répondre à un véritable besoin de mesures complémentaires de protection virale.

 

Car si les mesures barrières existantes comme le port de masques et le lavage des mains restent essentielles, ce spray nasal souhaite offrir un niveau de protection supplémentaire et réduire la transmission, explique l’un des chercheurs principaux, le professeur Liam Grover, du Healthcare Technologies Institute de l'université, à l’origine de la formulation du spray.

 

Le principe est à nouveau de lutter contre le virus contracté et transmis par inhalation de gouttelettes ou d'aérosols, au niveau de son principal point d’entrée, le nez. Pour ces chercheurs, la maladie COVID est donc une cible idéale pour des approches thérapeutiques intranasales.

Le nouveau spray antiviral est conçu pour agir en encapsulant et en désactivant le virus alors qu'il est encore dans le nez,

empêchant ainsi son absorption plus avant par le corps. Il est formulé avec deux composés déjà approuvés par des Agences du médicament britanniques, mais aussi par les agences européenne, et aux États-Unis. Enfin, précisent les chercheurs, ces composés sont également et largement utilisés dans les dispositifs médicaux, les médicaments et mêmes certains produits alimentaires.

 

Chacun de ces composés remplit des fonctions spécifiques :

  • le premier composé est un gel de polysaccharide qui est retenu sur l'épithélium enduit de mucus dans le nez où il enrobe et retient le virus, de sorte que le virus ne peut plus se propager dans les voies respiratoires ;
  • le deuxième composé est un puissant agent antiviral naturel, la carraghénane.

 

Une première preuve de concept : les chercheurs confirment in vitro l'inhibition complète de l'activité du SARS-CoV-2 par la carraghénane et la capacité de la formulation à bloquer la transmission en culture cellulaire.

 

De prochaines étapes vont permettre le développement de sprays antiviraux contre la grippe et d'autres virus respiratoires.

Les auteurs estiment que le spray nasal anti-COVID-19 devrait être disponible au Royaume-Uni dès début 2022.