Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Un duo d’anticorps monoclonaux réduit les hospitalisations

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 2 jours
EClinicalMedicine
La combinaison de 2 traitements par anticorps monoclonaux, permet de traiter à domicile la majorité des patients atteints de forme légère à modérée. de COVID-19 ( Visuel Adobe Stock 424815866)

De nombreux patients atteints de COVID-19 et à risque élevé de complications pourraient, avec cette combinaison de traitements par anticorps monoclonaux, échapper à l’hospitalisation. C’est la conclusion de cliniciens de première ligne de la Mayo Clinic, qui via cette étude observationnelle, rapportent que la combinaison de casirivimab et d'imdevimab, 2 traitements par anticorps monoclonaux, permet de traiter à domicile la majorité des patients atteints de forme légère à modérée.

 

L’équipe de la Mayo Clinic avait déjà montré, via une étude portant sur 2.335 patients traités entre novembre 2020 et février 2021, publiée alors dans le Journal of Clinical Investigation, que l'utilisation du bamlanivimab réduisait les hospitalisations chez les patients à haut risque de 40 à 60 %.

Cette nouvelle étude montre que le recours aux 2 anticorps monoclonaux permet d’améliorer les résultats, avec notamment des taux d'admission en USI et des taux de mortalité significativement plus faibles encore. Depuis d’ailleurs, l’Agence américaine FDA a révoqué l’autorisation donnée en urgence pour le bamlanivimab seul et approuve désormais l'utilisation d'anticorps monoclonaux combinés.

L'injections de la combinaison d'anticorps monoclonaux permet d'éviter l'hospitalisation

L’étude a suivi 1.400 patients, dont 696 qui ont reçu la combinaison thérapeutique entre décembre et début avril 2020 et un groupe équivalent de patients égale qui n’en a pas bénéficié. Leur statut et leurs résultats de santé ont été évalué à 14, 21 et 28 jours après le traitement. L’analyse confirme qu’à chaque point, le nombre d'hospitalisations est significativement plus faible dans le groupe traité :

 

  • 14 jours après la fin du traitement, 1,3 % du groupe traité se retrouve hospitalisé vs 3,3 % du groupe non traité ;
  • 21 jours après la fin du traitement, 1,3 % des participants traités sont hospitalisés vs 4,2 % du groupe non traité ;
  • 28 jours après la fin du traitement, 1,6 % des participants traités sont hospitalisées vs 4,8 % du groupe non traité ;
  • Ces données suggèrent une réduction relative de 60 à 70 % des hospitalisations chez les patients traités ;
  • Chez les patients traités tout de même hospitalisés, les taux de prise en charge en soins intensifs et de décès restent très faibles.

 

L'étude, observationnelle, c’est-à-dire menée dans le monde réel, suggère que lorsque les patients sont à risque élevé de complications du COVID en raison de comorbidités préexistantes par exemple, l'injection de cette combinaison d’anticorps monoclonaux leur apporte des chances de guérison supplémentaire au domicile.

 

« Ces patients traités se rétablissent en toute sécurité à la maison », confirme l’auteur principal, le Dr Raymund Razonable, spécialiste des maladies infectieuses à la Mayo Clinic. L’étude consolide encore les promesses des anticorps monoclonaux dans le traitement du COVID-19 chez les patients à risque élevé, avec  via les thérapies combinées, des marges d’amélioration possibles.