Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Un impact exacerbé en cas de douleurs chroniques

Actualité publiée il y a 2 mois 2 jours 1 heure
UOC
Non seulement, l’état de ces patients a empiré en termes de gravité mais aussi en termes de fréquence des épisodes douloureux et de perte de fonctionnement au quotidien (Visuel Adobe Stock 367495652)

Chez 70% des personnes souffrant de douleur chronique, les symptômes se sont considérablement aggravés pendant la pandémie, relève cette équipe du eHealth Lab de l'Universitat Oberta de Catalunya (UOC). Non seulement, l’état de ces patients a empiré en termes de gravité mais aussi en termes de fréquence des épisodes douloureux et de perte de fonctionnement au quotidien.

 

L’étude est menée auprès de 502 patients souffrant de douleurs chroniques de longue durée ( depuis  7 ans en moyenne) et à 88% des femmes âgées de 30 à 59 ans. La plupart des participants (87,6%) souffraient de douleurs sur plus d'un site. Les sites les plus fréquents étaient l'abdomen, le bas du dos et le cou. Les participants ont renseigné leurs symptômes en ligne et complété l’échelle IMMPACT (Initiative on Methods, Measurement, and Pain Assessment in Clinical Trials) et le score CPGQ (Chronic Pain Grade Questionnaire) ce qui a permis de suivre l’évolution des symptômes de douleur tout au long de la pandémie et du confinement.

La pandémie aggrave la douleur 

L’analyse révèle les nombreux facteurs ayant contribué à aggraver les symptômes de ces patients : l'insécurité de l'emploi, les inquiétudes pour l'avenir, le nombre de personnes vivant dans le même foyer, la survenue de décès liés au COVID chez des proches, ou encore la peur d'être infecté par le virus.

 

La pandémie a favorisé l'émergence de nouveaux déclencheurs de douleur. Alors que le stress et les changements climatiques étaient les déclencheurs les plus fréquemment mentionnés avant la pandémie, avec le confinement, d’autres déclencheurs ont émergé comme l’angoisse de l’avenir, les troubles du sommeil, un sentiment d’insécurité, des pensées négatives, la tristesse, la solitude et l’isolement, le manque d’activité physique et la peur de la contagion.

 

Faire différemment face à la douleur : la pandémie a également changé la façon dont un nombre important de patients gèrent leur douleur :

  • 54,5% ont maintenant plus souvent recours au repos pour gérer leur douleur,
  • 50% ont aussi augmenté leur consommation de médicaments ;
  • 2 nouveaux comportements qui pourraient avoir des effets contre-productifs, soulignent les auteurs.
  • 48,2% pratiquent maintenant des exercices d'étirement comme nouvel outil pour gérer la douleur.

 

La télémédecine pour mieux gérer la douleur en période de confinement : les personnes souffrant de douleur chronique doivent apprendre à vivre avec, en se concentrant sur l’atteinte de leurs objectifs de vie. Il est difficile d'éliminer complètement la douleur, mais il est possible d'apprendre à faire face et à vivre avec. Les interventions psychosociales et cognitivo-comportementales peuvent être utiles. C’est là que les nouvelles technologies peuvent être extrêmement utiles, car elles pourraient donner accès à ces thérapies, au plus grand nombre de patients.

 

Ainsi, la télémédecine pourrait offrir de nouvelles opportunités et interventions pour lutter contre la douleur, améliorer les niveaux de bien-être et augmenter l'autonomisation des patients souffrant de douleur chronique.