Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Une chute spectaculaire des taux de mortalité

Actualité publiée il y a 9 mois 2 jours 7 heures
Clinical Infectious Disease
Le sexe masculin revient, tout comme l'âge avancé, comme un facteur clé du risque de décès par CPVID-19 (Visuel Adobe Stock 331045992)

Avec un peu de recul et sur un large ensemble de données, cette étude de médecins de l'Université du Maryland identifie -ou confirme- les plus grands facteurs de risque de mortalité liée au COVID-19. Parmi ces facteurs majeurs, le sexe masculin revient, tout comme l'âge avancé, comme un facteur clé. Ces données, publiées dans la revue Clinical Infectious Disease qui peuvent aider les cliniciens à optimiser encore la gestion des patients hospitalisés dans les semaines à venir, révèlent déjà des progrès considérables et une chute spectaculaire des taux de mortalité.

 

En synthèse, les patients COVID-19 hospitalisés ont un risque de décès plus élevé s'ils sont des hommes, s'ils sont obèses ou s'ils ont des complications de type diabète ou hypertension. Cette analyse des données de près de 67.000 patients hospitalisés COVID-19 dans 613 hôpitaux es Etats-Unis plus largement, précise le lien entre certaines caractéristiques patients et l’incidence des décès par COVID-19.

Les hommes ont un risque de décès 30% plus élevé que les femmes du même âge, à état de santé similaire.

  • Les patients hospitalisés qui souffrent d’obésité, d'hypertension (HTA) ou de diabète mal contrôlé encourent également un risque plus élevé de décès par rapport aux patients exempts de ces conditions ;
  • les personnes âgées de 20 à 39 ans atteintes de ces conditions présentent la plus grande différence de risque vs leurs pairs en meilleure santé.

 

Prédire quels patients ont le plus grand risque de décès devient primordial lorsque les hospitalisations continuent d'augmenter ainsi que le nombre de patients en réanimation, commente l'auteur correspondant de l'étude, le Dr Anthony D. , professeur d'épidémiologie et de santé publique : « La connaissance est un atout et savoir identifier les patients COVID-19 les plus à risque de décès contribue à guider des décisions de traitement ».  Les patients à risque plus élevé peuvent se voir prescrire plus tôt du remdesivir pour tenter de prévenir des complications sévères ou peuvent être orientés vers une surveillance plus étroite ou une admission en USI. L’administration d’anticorps monoclonaux dans les premiers jours de l'infection, peut également réduire le risque de complication.

 

L'âge reste le meilleur prédicteur de la mortalité liée au COVID-19 :

  • dans l'ensemble, près de 19% des patients COVID-19 hospitalisés sont décédés de leur infection ;
  • la mortalité la plus faible est confirmée chez les patients pédiatriques (< 2%) ;
  • ensuite, les taux de mortalité augmentent avec chaque décennie ;
  • le taux de mortalité atteint 34% chez les 80 ans et plus.

 

« Les patients plus âgés ont toujours le risque le plus élevé de mourir, mais les patients plus jeunes souffrant d'obésité ou d'hypertension ont un plus grand risque vs les patients de leur âge exempts de ces conditions. Les médecins souhaiteront peut-être accorder une attention particulière à ces patients plus jeunes hospitalisés pour s'assurer de détecter rapidement toute complication ».

 

Quelques bonnes nouvelles : les taux de mortalité parmi les patients hospitalisés ont chuté de façon spectaculaire par rapport aux premières semaines de la pandémie en avril. Cela est lié à une meilleure connaissance et expérience de la maladie, aux retours d’expériences sur les différents protocoles et médicaments, à la disponibilité de nouveaux traitements et, globalement, à une meilleure expérience sur la gestion des patients COVID hospitalisés.

 

« Alors que nous nous dirigeons vers ce qui pourrait être les semaines les plus sombres de la pandémie,

il est rassurant de savoir que nos chercheurs et nos médecins continuent à faire des progrès importants qui vont bénéficier aux compétences des personnels de santé « sur le terrain » ».