Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

COVID : Des variants émergent, la surveillance virale reste cruciale

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 4 jours
The Lancet
La surveillance vaccinale est cruciale alors que les variantes du SRAS-CoV-2 continuent d’évoluer (Visuel Adobe Stock 423691758)

La surveillance vaccinale est cruciale alors que les variantes du SRAS-CoV-2 continuent d’évoluer, relèvent ces virologues et immunologues du Francis Crick Institute et du National Institute for Health and Care Research Biomedical Research Centre (Londres). La comparaison de l’efficacité des différentes générations de vaccins contre les variantes en circulation révèle, dans le Lancet, une moindre efficacité contre les dernières variantes, la nécessité d’adapter les vaccins en continu et d’inciter, au moins les groupes à risque, au rappel régulier de vaccination.

 

Les chercheurs soulignent ainsi l'importance d'une surveillance continue et des nouvelles variantes en circulation, et des performances des vaccins disponibles.

 

L’étude a comparé le nouveau vaccin monovalent contre le COVID, qui cible spécifiquement la variante XBB d'Omicron (comme recommandé par l'Organisation mondiale de la santé-OMS), avec les vaccins bivalents plus anciens contenant un mélange de variante d'Omicron et de la souche originale du COVID-19. Précisément, l'équipe a collecté des échantillons de sang et de muqueuse nasale avant et après une 5è dose de vaccination auprès de 71 participants et ont comparé les niveaux d’anticorps avant et après la vaccination. 36 participants avaient reçu le vaccin bivalent et 17 le vaccin monovalent. Étant donnée la haute transmissibilité du virus Omicron et sa réplication dans le nez et la gorge, les chercheurs ont testé les niveaux d’anticorps dans la cavité nasale des participants. L’analyse révèle que :

 

  • les 2 vaccins génèrent des anticorps neutralisants contre la souche la plus récente d’Omicron, BA.2.86 ;
  • cependant, le nouveau vaccin génère des niveaux plus élevés d’anticorps contre toute une gamme d’autres variantes d’Omicron, soit des niveaux d’anticorps 3,5 fois plus élevés contre les souches XBB et BQ.1.1 après le rappel ;
  • le vaccin monovalent augmente notamment la capacité à produire des anticorps muqueux, donc dès les niveaux du nez et de la gorge, et cela contre la plupart des variantes testées, alors que le vaccin bivalent ne déclenche pas, à ces niveaux, une augmentation d’anticorps significative ;
  • cependant, aucun des 2 vaccins ne déclenche l’augmentation des niveaux d’anticorps neutralisants dans la cavité nasale contre la variante la plus récente, BA.2.86, ce qui suggère que

les vaccins actuels semblent moins susceptibles d’arrêter ou de prévenir la transmission ou de protéger contre les formes graves, après infection avec BA.2.86.

Alors que les études se font moins nombreuses sur le COVID, cette nouvelle analyse souligne l’importance de rester vigilant, de surveiller les variantes en circulation et de mettre à jour soigneusement les vaccins. Les rappels de vaccination restent donc d’actualité pour les personnes plus vulnérables.

 

« La plupart des nouvelles variantes apparaissent plus rapidement que la plupart des essais cliniques ne peuvent produire de données. Mais les analyses en laboratoire peuvent fournir très rapidement une image détaillée des variantes émergentes. Une surveillance continue doit nous permettre de suivre l’évolution virale ».