Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID et VACCIN AstraZeneca : 3 mois d’intervalle entre les 2 doses valent mieux que 6 semaines

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 5 jours
The Lancet
Une efficacité vaccinale plus élevée avec un intervalle plus long entre la première et la deuxième dose standard (Visuel Adobe Stock 411803402)

Ces nouvelles données d’analyses menées sur pas moins de 17.000 participants qui révèlent, avec le vaccin anti-COVID-19 AstraZeneca Oxford «ChAdOx1 nCoV-19 (AZD1222) », une efficacité vaccinale plus élevée avec un intervalle plus long entre la première et la deuxième dose standard vont très probablement changer la donne pour la stratégie de vaccination, dans cette période de disponibilité limitée de vaccins. Ces résultats, publiés dans le Lancet, qui selon les auteurs mêmes, nécessitent des recherches supplémentaires, apportent néanmoins une évaluation précieuse -et validée par les pairs- pour optimiser le déploiement des vaccins pendant la pandémie.

 

Car cette première analyse estime le taux d’efficacité d’un schéma à 2 doses à 81% pour un intervalle de 3 mois entre les 2 doses,

vs 55% pour un intervalle allant jusqu'à 6 semaines.

De plus, l’analyse suggère qu’une dose unique de vaccin est déjà "hautement" efficace durant les 3 mois qui suivent, avec un taux d’efficacité de 76% à partir de 22 jours après la vaccination.

Ces données soutiennent la politique actuelle d'intervalles prolongés entre les 2 doses

Précisément, les chercheurs ont combiné les données d'essais contrôlés randomisés au Royaume-Uni, au Brésil et en Afrique du Sud, portant respectivement sur 8.948, 6.753 et 1.477 personnes (pour un total de 17.178 participants, âgés de 18 ans et plus. Ces participants ont reçu soit 2 doses standard du vaccin AstraZeneca Oxford (n=8.597), soit un vaccin placebo (n=8581). Dans l'essai mené au Royaume-Uni, un sous-ensemble de participants (n=1.396) a reçu une dose plus faible du vaccin comme première dose. Le principal résultat était le nombre de cas symptomatiques de COVID-19 (confirmés par un test COVID-19 positif et ayant de la fièvre, de la toux, un essoufflement, une perte d'odorat ou une perte de goût).

 

En examinant l'intervalle entre 2 doses standard et son impact sur l'efficacité, les chercheurs ont pu constater que les participants qui avaient reçu leurs doses à 12 semaines ou plus d'intervalle bénéficiaient d’une plus grande protection que les personnes ayant reçu leurs 2 doses à moins de 6 semaines d'intervalle. Ces résultats d'efficacité ont été étayés par les évaluations de la réponse immunitaire qui ont révélé que les réponses des anticorps de liaison étaient plus de 2 fois plus élevées dans le groupe ayant leurs deux doses avec un intervalle plus long.

 

L’analyse comprend également des estimations mises à jour de l'efficacité globale du vaccin contre une maladie symptomatique pour deux doses standard, et ces estimations confirment que l’efficacité du vaccin : aucune hospitalisation ou décès parmi les personnes vaccinées n’ont été recensés à partir de 22 jours après la première dose, vs 15 cas dans le groupe témoin.

Les auteurs notent que la durée de la protection avec une dose unique du vaccin n’est pas encore claire -même si elle pourrait être plus durable que prévu- pourrait durer, car les résultats de l'essai sont limités à 3 mois maximum. Pour cette raison, une deuxième dose de vaccin reste toujours recommandée.

 

Quels effets sur la transmission ? En examinant comment le vaccin pourrait contribuer à réduire la transmission, les chercheurs ont estimé qu'une seule dose du vaccin peut conduire à une réduction de 64% du risque de transmission vs 50% avec 2 doses. Pourquoi ? Parce qu’il y a plus de cas asymptomatiques inclus dans cette partie de l'analyse et l'efficacité du vaccin contre les cas asymptomatiques est plus faible. Ces données suggèrent que l'utilisation du vaccin tel qu’envisagée dans cette étude pourrait également avoir un impact substantiel sur la transmission du virus en population générale.

 

Ces données soutiennent la politique actuelle d'intervalles prolongés entre les 2 doses, soit un schéma particulièrement opportun alors que les stocks de vaccins restent limités : l'auteur principal de l'étude, le professeur Andrew Pollard, de l’Université d'Oxford, commente ainsi ces données :

 

« L'approvisionnement en vaccins est susceptible de rester limité, au moins à court terme, et les décideurs doivent donc opter pour la meilleure façon d'administrer les doses disponibles pour obtenir le bénéfice optimal de santé publique. Lorsque l’offre est limitée, les politiques consistant à vacciner plus de personnes avec une seule dose peuvent donc offrir une meilleure protection immédiate de la population que de vacciner la moitié du nombre de personnes avec 2 doses. À plus long terme, une deuxième dose devrait garantir une immunité à long terme, et nous encourageons donc tous ceux qui ont reçu leur premier vaccin à s'assurer qu'ils reçoivent les 2 doses ».