Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

COVID LONG : Et si seuls 7 symptômes étaient spécifiques ?

Actualité publiée il y a 1 année 4 mois 1 semaine
Open Forum Infectious Diseases
Cette étude limite de manière surprenante à 7 le nombre de symptômes directement liés au « COVID long » (Visuel Adobe Stock 509556352)

Alors que la plupart des recherches mettent en avant les multiples symptômes des formes longues du COVID, cette étude limite de manière surprenante à 7 le nombre de symptômes directement liés au « COVID long ». L’équipe de l’Université du Missouri-Columbia qui est partie d'une liste des 47 principaux symptômes signalés du «long COVID» apporte, dans l’Open Forum Infectious Diseases, avec cette sélection des symptômes les plus spécifiques, une meilleure compréhension dont le virus SRAS-CoV-2 peut muter ou évoluer.

 

 

L’équipe est plus catégorique : les personnes souffrant de COVID long ou de conditions post-COVID – sont susceptibles de développer seulement 7 symptômes durables une année après l'infection. Ces 7 symptômes sont :

  1. les battements cardiaques rapides,
  2. la perte de cheveux,
  3. la fatigue,
  4. les douleurs thoraciques,
  5. l'essoufflement,
  6. les douleurs articulaires,
  7. la prise de poids ou l'obésité.

 

7 symptômes spécifiquement liés à une infection par le SRAS-CoV-2

L’étude a examiné les dossiers médicaux électroniques de 52.461 patients suivis pour COVID Long dans 122 établissements de santé, sélectionné les 47 principaux symptômes les plus fréquemment signalés chez ces patients, puis recherché les symptômes communs avec ceux d'autres infections respiratoires virales chez 3 sous-groupes de participants :

  1. les patients diagnostiqués avec COVID-19 mais exempts d'infections respiratoires virales courantes comme la grippe ou la pneumonie ;
  2. les patients atteints d'infections respiratoires virales courantes mais exempts de COVID-19 ;
  3. les patients exempts de COVID-19 et de toute autre infection respiratoire virale courante.

 

En dépit du nombre écrasant de symptômes associés au COVID long, précédemment documentés, l’analyse n’identifie que quelques symptômes spécifiquement liés à l’infection par le SRAS-CoV-2. L’auteur principal, le chercheur Chi-Ren Shyu, de l’Université du Missouri-Columbia fait part de sa surprise : « Avant de débuter cette étude, nous pensions trouver une grande quantité de symptômes spécifiquement associés au COVID long, mais en fait ce n'est pas le cas ».

 

Mieux comprendre comment le SRAS-CoV-2 peut muter ou évoluer : en effet la même méthodologie d’étude d’un grand nombre de dossiers médicaux électroniques peut permettre de détecter rapidement des sous-groupes de patients les plus susceptibles de développer la condition à long terme.

Enfin, l’étude en identifiant les symptômes les plus courants et les plus spécifiques du COVID long apporte une forme de première feuille de route et de diagnostic, pour les professionnels des soins primaires consultés par ces patients.

 

« Les survivants du COVID, atteints de formes longues de la maladie, ont encore des symptômes invalidants qui les empêchent de reprendre leur travail ou de fonctionner normalement. Ce n'est pas parce que l'infection au COVID-19 est toujours active, mais plutôt parce que l'infection a causé des séquelles durables, pouvant persister pendant des mois, voire des années ». Connaître les signes cliniques de ce syndrome long peut permettre de mieux comprendre et faire reconnaître ces handicaps.