Actualités

COVID LONG : Un point sur les symptômes et leurs possibles thérapies

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 5 jours
The Journal of Neuropsychiatry and Clinical Neurosciences
Seulement 2 années se sont écoulées depuis l’émergence de la pandémie de COVID-19, c’est longtemps mais aussi très peu de temps pour préciser les protocoles de soins adaptés aux multiples formes de la maladie (Visuel Adobe Stock 202954578)

Les symptômes persistants chez les patients avec COVID long sont très variables, concluent ces cliniciens du Massachusetts General Hospital (MGH), qui révèlent à quel point, le brouillard cérébral et les effets neuropsychologiques en général, varient de manière importante, à la fois en durée et en causes, selon les patients. Ce nouveau tableau neuropsychiatrique clinique du COVID long, présenté dans le Journal of Neuropsychiatry and Clinical Neurosciences va permettre d’améliorer le suivi de ces patients mais appelle à d’autres recherches pour mieux caractériser la forme longue de la maladie.

 

Car seulement 2 années se sont écoulées depuis l’émergence de la pandémie de COVID-19, c’est longtemps mais aussi très peu de temps pour préciser les protocoles de soins adaptés aux multiples formes de la maladie. Si les scientifiques sont de plus en plus conscients de la prévalence élevée des formes longues, soit près d’1 cas de COVID sur 3, la combinaison complexe de symptômes de ces COVID longs appellent à une prise en charge durable et personnalisée de ces patients.

 

Ces médecins spécialistes du Massachusetts General Hospital (MGH) décrivent leurs retours d’expériences multidisciplinaires face à ces formes longues.

Sommeil, soulagement de la douleur et des maux de tête, traitement de l'anxiété et de la dépression

Les principaux symptômes associés au COVID long comprennent un « brouillard cérébral », et, généralement associés, un manque de sommeil, de l'anxiété, de la dépression, des maux de tête ou la migraine combinés à des troubles de l’attention, à des difficultés de rappel verbal et autres dysfonctionnements exécutifs, rappelle l’auteur principal, le Dr Zeina Chemali, directeur du Département de neuropsychiatrie au MGH.  

« Les patients que nous traitons avec un COVID long présentent un brouillard cérébral de cause souvent multifactorielle ».

L’étude, menée sur 15 mois, de février 2020 à mai 2021, a suivi 87 cas confirmés et 13 cas présumés de personnes non hospitalisées présentant des symptômes durables -au-delà de 6 mois après l'infection COVID-19. L’un des principaux objectifs de l’étude était de comprendre comment et pourquoi le COVID-19 affecte les gens si différemment.

 

Quels sont les facteurs intrinsèques au patient qui influencent la façon dont il répond à la maladie COVID-19 et développe des symptômes spécifiques. L’étude cérébrale de ces patients révèle que ceux qui développent les symptômes psychiatriques et cognitifs les plus sévères sont aussi ceux qui présentent réseaux frontaux les plus vulnérables et les plus dysfonctionnels, dans cette phase post-COVID. Des symptômes similaires se retrouvent chez les patients atteints d'autres maladies post-virales, post-lésion cérébrale post-traumatique, du syndrome de commotion cérébrale ou du syndrome de fatigue chronique.

 

Quelles pistes thérapeutiques ? Ces neurologues suggèrent que « les meilleurs moyens de restaurer les neurocircuits frontaux passent par le rétablissement d’un sommeil de bonne qualité, le soulagement de la douleur et des maux de tête, le traitement de l'anxiété et de la dépression, le ciblage de l'attention et des fonctions exécutives, ainsi qu’un soutien et un accompagnement personnels.

 

De nombreux professionnels de santé restent démunis face au COVID long, en particulier en raison de symptômes partagés avec de nombreuses autres maladies.