Actualités

DIABÈTE : Un médicament pour préserver les cellules productrices d'insuline

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 6 jours
Science Translational Medicine
Préserver à long terme, chez les personnes diabétiques, une activité adéquate des cellules bêta productrice d’insuline reste un défi (Visuel Adobe Stock 295001960).

Plutôt qu'au développement de nouveaux traitements visant à faire baisser la glycémie, cette équipe de biologistes et d’endocrinologues de l’Institut Karolinska travaille à de nouveaux moyens de préserver à long terme, chez les personnes diabétiques, une activité adéquate des cellules bêta productrice d’insuline. Une telle stratégie est essentielle pour prévenir la progression du diabète de type 1 et de type 2. Les chercheurs suédois documentent, dans la revue Science Translational Medicine, une nouvelle substance antidiabétique qui réduit l’état hypoxique qui impacte l'activité de ces cellules bêta.

 

Bien que de nombreux hypoglycémiants soient aujourd’hui disponibles pour le traitement du diabète, ces traitements ne peuvent inverser la progression de la maladie. « Dans le diabète, les cellules bêta sont mises au défi de produire de grandes quantités d'insuline »,  explique l’auteur principal, le Dr Erwin Ilegems, du Département de médecine moléculaire et de chirurgie du Karolinska Institutet.

Le diabète induit un état hypoxique qui affaiblit l’activité des cellules bêta

L'étude : les scientifiques montrent, in vitro, que l’hyperglycémie augmente précisément les niveaux d’une protéine, HIF-1alpha (hypoxia-inducible factor-1alpha), qui réduit à son tour l'activité des cellules bêta. Cependant, en traitant des souris diabétiques avec un inhibiteur de HIF-1alpha PX-478, ils parviennent à réduire leur glycémie. La protéine HIF-1alpha qui régule la réponse à l'hypoxie a déjà été impliquée dans de nombreuses maladies. L'inhibiteur de HIF-1alpha PX-478 a déjà été testé dans des essais cliniques de phase I en tant que médicament anticancéreux et a démontré un bon profil d’innocuité.

 

Cet effet antidiabétique apporté par PX-478 s’avère principalement lié à l'amélioration de l'activité des cellules bêta pancréatiques. L’inhibition de HIF-1alpha constitue une piste d’autant plus précieuse que les nombreuses tentatives d'amélioration de la production d'insuline des cellules bêta ne sont pas couronnées de succès ou n’ont qu'un effet positif temporaire sur la sécrétion d'insuline. A long terme, ces médicaments conduisent à l'épuisement des cellules bêta.

 

Viser un traitement à long terme du diabète : contrairement aux autres traitements, PX-478 améliore l'activité des cellules bêta sans amplifier la sécrétion d'insuline. Les chercheurs font donc ici l’hypothèse que PX-478 peut prévenir l'épuisement des cellules bêta et maintenir leur efficacité à long terme.

 

Prochaine étape donc, des études précliniques qui vont valider l'impact de PX-478 sur l'activité des cellules bêta pancréatiques humaines, chez des souris humanisées modèles de diabète.

Autres actualités sur le même thème