Actualités

Don de rein à un proche : l’alternative thérapeutique idéale pour le traitement de l’insuffisance rénale chronique terminale

Actualité publiée il y a 3 semaines 2 jours 23 heures
Greffe rénale


Le nombre croissant de personnes atteintes par une maladie rénale chronique constitue un enjeu majeur de santé publique. D’après le rapport R.E.I.N de l’Agence de la biomédecine, en 2019, 11.437 nouveaux patients ont été traités pour une insuffisance rénale chronique terminale 1. En 2009, ils étaient 8.260 2. Pour ces patients atteints d’insuffisance rénale chronique, il est important d’agir collectivement et d’informer sur l’ensemble des traitements de suppléance, dont les transplantations avec donneur vivant ou décédé, au moins un an avant le traitement de suppléance, si possible.

 

 

La greffe rénale à partir d’un donneur vivant est le traitement de choix de l’insuffisance rénale chronique terminale. Le projet de greffe à partir d’un donneur vivant nécessite du temps et de l’anticipation, d’où l’importance de sensibiliser en amont à ce sujet.

Des bénéfices multiples pour le receveur, une vie inchangée pour le donneur

La greffe à partir d’un donneur vivant permet au receveur de retrouver une vie moins contraignante. Avec un accès à la greffe facilité, dans un délai plus court qu’avec un don post mortem, un greffon de bonne qualité, un risque de rejet moindre et une espérance de vie prolongée, le don de rein à un proche est la meilleure option thérapeutique pour les receveurs.

 

Pour le donneur, le don de rein à un proche n’affecte pas son espérance de vie. 35% des donneurs ont récupéré complétement à 3 mois après le don, 50 % avaient récupéré à 6 mois et 77% à un an 3.  D’ailleurs, 98,4% d’entre eux seraient prêts à refaire le geste 4. Le parcours du donneur, parfois ressenti comme lourd et pesant, n’altère ni l’élan initial, ni le sens attribué à l’acte consenti, désiré puis accompli 5.

 

Professionnels de santé : sensibiliser au plus tôt les patients atteints de maladies rénales

Les professionnels de santé jouent un rôle majeur dans la sensibilisation précoce des patients atteints d’insuffisance rénale.

En tant qu’interlocuteur de proximité et de confiance, le médecin généraliste dispense des conseils précieux et peut informer les patients insuffisants rénaux, sensibiliser les potentiels donneurs et les accompagner, en abordant suffisamment tôt la question de la greffe de rein entre proches. L’information et les échanges avec le patient et ses proches sont essentiels pour envisager sereinement et objectivement le don de rein à un proche et ce, dès la consultation d’annonce. Il n’est pas toujours facile de trouver les bons mots et de donner toutes les réponses aux nombreuses interrogations relatives au don de rein de son vivant.

En effet, le projet nécessite de l’information mais aussi du temps pour le donneur et le receveur pour bien comprendre et accepter ce projet.

 

Agir collectivement pour sensibiliser sur le don de rein à un proche contribue à mieux faire accepter cette alternative thérapeutique au grand public, car 91 % la considère à tort comme un ultime recours pour soigner les maladies rénales 6.

 

Pour accompagner les médecins, les infirmières, et sensibiliser largement au don de rein à un proche, l’Agence de la biomédecine met à votre disposition les documents nécessaires à votre information.

 

 

Ensemble, nous pouvons faire évoluer les pratiques, c’est pourquoi votre appui est essentiel pour sensibiliser au plus tôt sur le don de rein entre proches - véritable enjeu de santé publique.