Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

DRÉPANOCYTOSE : L'imminence des thérapies géniques

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 4 jours
NEJM
Les avancées de la thérapie génique par cellules souches comme traitement curatif de la drépanocytose (Visuel Adobe Stock 177487958)

Cette recherche de cliniciens de l'Université de Chicago montre les avancées de la thérapie génique par cellules souches comme traitement curatif de la drépanocytose une maladie sanguine héréditaire entraînant des symptômes douloureux. Les résultats de cet essai clinique, publiés dans le New England Journal of Medicine (NEJM), confirment, avec 2 autres thérapies en attente d'approbation, l'imminence des thérapies géniques curatives pour cette maladie dévastatrice.

 

Plus de 6 millions de personnes souffrent de drépanocytose dans le monde et on estime qu’environ 300.000 enfants naissent chaque année avec la maladie. Jusqu'à récemment, la seule option de traitement était la greffe de moelle osseuse provenant de frères et sœurs ou de donneurs compatibles. Mais d’autres thérapies émergent, dont cette thérapie génique à base de cellules souches, développée par des cliniciens de l’hôpital pour enfants Medicine Comer de l’Université de Chicago.

 

L’étude : les chercheurs ont utilisé la technique d’édition du génome CRISPR-Cas9 pour modifier des gènes spécifiques dans les cellules souches prélevées sur chaque patient. Les modifications permettaient d’augmenter la production cellulaire d’hémoglobine fœtale (HbF), une protéine qui peut remplacer l’hémoglobine dysfonctionnelle dans le sang et protéger contre les complications de la drépanocytose. Les patients ont ensuite reçu leurs propres cellules éditées sous forme de perfusions thérapeutiques.

 

  • C’est la deuxième thérapie pour la drépanocytose à utiliser la technologie CRISPR-Cas9 et la première à cibler une nouvelle zone génétique et à utiliser des cellules souches cryoconservées- dans l'espoir d'accroître l'accès à un tel traitement. Les précédentes tentatives de thérapie génique utilisaient en effet des lentivirus – un type de virus souvent modifié et utilisé pour l’édition génétique qui reste dans la cellule à long terme. Avec la technologie d’édition de gènes CRISPR-Cas9, aucun corps étranger ne reste dans les cellules souches éditées et transfusées.

L’essai montre que :

 

  • les participants ayant reçu ces cellules souches modifiées, bénéficient d’une diminution des événements vaso-occlusifs, un phénomène douloureux qui se produit lorsque les globules rouges falciformes s'accumulent et provoquent un blocage.

 

 « Au cours de ces 10 dernières années, nous avons considérablement progressé et appris quoi faire et ne pas faire lors du traitement de ces patients atteints de drépanocytose. De nombreux efforts ont été déployés pour développer différents types de greffes entraînant des toxicités réduites, et la thérapie génique vient désormais compléter les options thérapeutiques possibles », résume l’auteur principal, le Dr James LaBelle, directeur du programme pédiatrique de cellules souches et de thérapie cellulaire à l'UChicago Medicine.

 

À l’UChicago Medicine, une infrastructure a même été développée pour soutenir ces nouvelles approches de traitement de la drépanocytose et pour

proposer des thérapies géniques également pour traiter d’autres maladies.

Avec l’élargissement des applications de la thérapie génique, l’arsenal des traitements curatifs pour des maladies comme la drépanocytose devient de plus en plus une réalité.

 

Ainsi, 2 autres thérapies géniques contre la drépanocytose attendent l'approbation de l’Agence américaine FDA cette année.