Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ECZÉMA : Un test non invasif exprès pour les bébés

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 1 semaine
EADV
Un biomarqueur immunitaire cutané qui permet de prédire le développement de l'eczéma ou dermatite atopique chez le bébé (Visuel Adobe Stock 497074131)

Cette équipe de dermatologues et de pédiatres de l'Université de Copenhague vient d’identifier un biomarqueur qui pourrait rendre plus agréable la vie de très nombreux bébés : un biomarqueur immunitaire cutané qui permet de prédire le développement de l'eczéma ou dermatite atopique chez le bébé, avec, à la clé, un test non invasif. L’étude, présentée lors du 31e congrès de l'Académie européenne de dermatologie et de vénéréologie (EADV), va permettre d'empêcher le développement de l'eczéma chez l'enfant.

 

L'eczéma appelé parfois dermatite atopique est une affection cutanée chronique, qui évolue par poussées, provoquant des plaques, des boutons, des démangeaisons, une peau sèche, rouge, craquelée. Si l’eczéma peut persister à l'âge adulte, il touche surtout les nourrissons et les jeunes enfants, chez qui il peut entrainer une détresse et des troubles du sommeil. L'eczéma touche jusqu'à 20 % de la population pédiatrique et les diagnostics sont en forte augmentation.

 

60 % des enfants atteints ont un risque accru d’autres comorbidités allergiques, dont l'asthme, la rhinite allergique ou les allergies alimentaires.

L’identification de ce marqueur ouvre la possibilité de mieux diagnostiquer, traiter et soulager les bébés.

L'étude Barrier dysfonction in Atopic newBorns (BABY) a analysé les données d’une cohorte de 450 bébés (300 nouveau-nés à terme et 150 prématurés) afin de déterminer si la barrière cutanée et les biomarqueurs immunitaires pouvaient prédire l'apparition et la gravité de l'eczéma au cours des 2 premières années de vie. Les chercheurs ont utilisé des bandes de ruban adhésif pour prélever sans douleur et de manière non invasive des cellules cutanées sur le dos des mains des bébés à 0-3 jours et 2 mois chez les enfants nés à terme et sur la peau entre les omoplates à 2 mois chez les enfants prématurés. Les bandelettes ont été analysées pour les biomarqueurs immunitaires et les bébés ont été suivis pendant les 2 années suivantes.

 

  • Les bébés nés à terme et prématurés avec des niveaux élevés de TARC (thymus et chimiokine régulée par activation) à 2 mois se sont en effet avérés plus de 2 fois plus susceptibles de développer un eczéma à l'âge de 2 ans ;
  • ce risque accru est toujours présent après ajustement pour l'atopie parentale (antécédents d’allergies chez les parents) et les mutations du gène de la filaggrine, un facteur majeur prédisposant à l'eczéma, déjà bien documenté ;
  • une association positive entre le niveau de TARC et la gravité de l'eczéma ;
  • une association positive avec 2 autres biomarqueurs, l'interleukine (IL)-8 et l'IL-18.

 

 «À notre connaissance, c'est la première étude à montrer que des biomarqueurs cutanés collectés de manière non invasive peuvent être utilisés pour prédire l'apparition et gravité de la dermatite atopique pédiatrique », commente l’auteur principal, le Dr Anne-Sofie Halling, de l'hôpital Bispebjerg de l'Université de Copenhague.

Le test est indolore et facile à réaliser

Il permet d’identifier les changements cutanés qui surviennent avant le développement de l'eczéma, en particulier pour les formes les plus sévères de la maladie.

C’est donc une voie ouverte pour de futures stratégies préventives pour les enfants présentant des niveaux élevés de TARC afin de stopper le développement de l’eczéma. C’est aussi l’identification d’une fenêtre d'opportunité pour la réalisation d’essais ciblés.

Plus sur le Blog Dermato
Plus sur le Blog Pédiatrie

Autres actualités sur le même thème