Vous recherchez une actualité
Actualités

EPI : Le textile hémophobique et virorépulsif pour une vraie protection individuelle

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 6 jours
Applied Materials and Interfaces
Un tissu « Superhemophobic and Antivirofouling », pour des équipements de protection individuelle (EPI) de nouvelle génération (Visuel AdobeStock_86693836)

« Superhemophobic and Antivirofouling », c’est ainsi que décrivent ces chercheurs de « Pitt » ce nouveau textile lavable et durable, documenté dans la revue ACS Applied Materials and Interfaces et qui  va permettre d'optimiser l’efficacité des équipements de protection individuelle (EPI).

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Les masques, blouses et autres EPI sont essentiels pour protéger les professionnels de santé. Cependant, les textiles et les matériaux utilisés peuvent absorber et transporter des virus et des bactéries, et propager des infections nosocomiales. On a bien vu, lors du début de l’épidémie COVID-19, avec la pénurie d’EPI, qu'il était littéralement vital de pouvoir réutiliser ces protections, en toute sécurité.

Repousser les limites des textiles pour mieux se protéger face aux virus émergents

Jusque-là, l’accent était surtout mis sur les surfaces hydrofuges, « mais nous avons cherché à obtenir un textile durable et protecteur », explique l’un des chercheurs, Anthony Galante, doctorant en génie industriel à Pitt. Ce nouveau revêtement textile répond en effet au double impératif de réutilisation et de durabilité, et de protection ultime contre l’infection : non seulement, il repousse les liquides biologiques comme la salive et le sang et permet ainsi de prévenir les accidents d’exposition (AES), mais il empêche aussi les virus d'adhérer à la surface.

Ce qui rend le revêtement unique, c'est sa capacité à résister au lavage !

mais aussi aux frottements et aux ultrasons. Car ce type d’agressions chez les revêtements similaires actuels a tendance à réduire leurs capacités répulsives. La durabilité est une caractéristique importante et il existe un vrai besoin de textiles médicaux réutilisables qui peuvent être lavés et désinfectés avabnt d’être réutilisés, insistent les chercheurs

 

La preuve de concept est ici apportée en faisant passer au matériau différents tests de lavage, frottage et d’exposition aux ultrasons. De plus le tissu démontre sa capacité à repousser le sang, les protéines et les bactéries et également les adénovirus humains de types 4 et 7, des virus responsables de maladies respiratoires aiguës et de conjonctivite.

Les applications sont multiples, des blouses de soignants au revêtement des chaises de salle d'attente.

 

La prochaine étape sera de tester ce nouveau textile contre les coronavirus, dont SARS-CoV-2. « Si le tissu repousse bien le SRAS-CoV-2, cela aura un impact énorme pour les professionnels de santé et même le grand public ».