Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉPILEPSIE et MALADIE COELIAQUE : Régime sans gluten et contrôle des crises

Actualité publiée il y a 1 mois 5 jours 3 heures
Advances in Clinical and Experimental Medicine
Chez les patients épileptiques atteints de la maladie cœliaque, un régime gluten-free peut permettre d’éviter les crises et de réduire le traitement antiépileptique.

Chez les patients épileptiques atteints de la maladie cœliaque, un régime gluten-free peut permettre d’éviter les crises et de réduire le traitement antiépileptique. C’est du moins, ce qu’a suggéré cette étude publiée dans la revue Advances in Clinical and Experimental Medicine, relayée par le site spécialisé Epilepsy News Today. Alors que l’allergie au gluten gagne du terrain et que la prévalence de l’épilepsie est élevée (environ 1 ‰ et 600.000 personnes en France), ces conclusions engagent les patients épileptiques ayant des problèmes d'estomac à subir un dépistage d’une éventuelle allergie au gluten avec à la clé, l’espoir de réduire la fréquence et la sévérité des crises.

D’autant que chez un patient épileptique sur 3, la maladie est réfractaire au traitement. Enfin, ces résultats ajoutent encore à la preuve du rôle clé de l’axe intestin cerveau déjà bien documenté dans d’autres pathologies. Jusqu’à récemment considérée comme une maladie ne touchant que l’estomac, la maladie cœliaque ou l’intolérance au gluten est maintenant documentée pour donner lieu à toute une gamme de symptômes. De précédentes recherches ont montré que des maladies neurologiques ou psychiatriques se développaient chez 22% des patients atteints de maladie cœliaque et qu'environ 57% des patients atteints de maladies neurologiques ou psychiatriques présentaient des anticorps anti-gliadine, une protéine présente dans le gluten.

Epilepsie et troubles gastro-intestinaux, il faut chercher l’allergie au gluten

Ici, les chercheurs de l’Université des sciences médicales de Kermanshah (Iran) évaluent la fréquence de la maladie cœliaque chez 113 patients épileptiques âgées de 16 à 42 ans et regardent si l’éviction du gluten du régime alimentaire a une incidence sur la fréquence des crises. Ces participants avaient différentes formes d'épilepsie : 46% avaient des crises tonico-cloniques généralisées, 38%, des crises partielles complexes et 16%, des crises partielles complexes avec généralisation secondaire. 55% des patients avaient une crise par mois, 22% une fois par semaine et 23% seulement quelques fois par an. L'équipe a identifié 7 participants (soir 6% de l’échantillon), via des tests d'anticorps standard (IgA) positifs pour la maladie cœliaque et l’ont confirmée par biopsies de l'intestin grêle. Parmi les 7 patients, 3 souffraient de crises hebdomadaires et 4 de crises mensuelles.

  • L’éviction du gluten du régime alimentaire pendant 5 mois a permis à 6 des 7 patients d'arrêter le traitement antiépileptique, leurs crises ayant complètement cessé ;
  • Le 7è patient a pu réduire son traitement de moitié.

 

Ainsi, la maladie cœliaque est fréquente chez les patients épileptiques et ces données suggèrent que les patients épileptiques présentant des symptômes gastro-intestinaux soient dépistés pour l’allergie au gluten. Chez ces patients, la combinaison d'un régime sans gluten et d'un traitement antiépileptique pourrait donc être efficace à supprimer voire réduire la fréquence des crises.

 

Quel processus sous-jacent ? Peu d’études ont traité de cette association allergie au gluten et épilepsie, cependant une étude de cas (3) a suivi une femme, dès l’âge de 25 ans sur une période de 20 ans. Le diagnostic de maladie cœliaque avait été posé à l'âge de 4 ans et, 10 ans plus tard, des examens révélaient la présence de calcifications cérébrales bilatérales. Ses crises partielles ont pu être contrôlées via l’adoption d’un régime sans gluten, toujours suivi, après l'arrêt du traitement antiépileptique.

 

Bien évidemment ces données doivent être confirmées par des études plus larges, mais le message à destination des patients souffrant d’épilepsie pharmaco-résistante et de symptômes gastro-intestinaux, ainsi qu’à destination de leurs médecins, est l’intérêt d’un dépistage de l’allergie au gluten.