Vous recherchez une actualité
Actualités

ESPÉRANCE de VIE : Prévisible dès le début de la vie ?

Actualité publiée il y a 1 semaine 5 jours 14 heures
Psychoneuroendocrinology
L’espérance de vie biologique pourrait ainsi être estimée très tôt dans la vie (Visuel Fotolia)

La longueur des télomères, une mesure de la longévité, peut être déterminée au cours des premières semaines de vie, révèle cette recherche de la Mailman School of Public Health de l'Université Columbia. Avec une implication de taille, documentée dans la revue Psychoneuroendocrinology, l’espérance de vie biologique pourrait ainsi être estimée dès la petite enfance.

 

Car c’est pendant la petite enfance que chez les humains aussi, télomères raccourcissent le plus rapidement, à l’instar des observations déjà menées sur des modèles animaux. Les télomères, ces capuchons protecteurs de l'ADN qui raccourcissent avec la division cellulaire et donc au fur et à mesure que nous vieillissons présentent déjà des caractéristiques prédictives à la petite enfance : la longueur des télomères dans l'enfance révèle en effet que leur réglage initial pendant le développement prénatal et dans les premières années de la vie peut déterminer leur raccourcissement tout au long de l'enfance et même à l'âge adulte ou plus avancé. C’est entre la naissance et l’âge de 3 ans que les télomères diminuent le plus rapidement, et sont ainsi un marqueur plus précis de l’espérance de vie.

Comprendre la dynamique des télomères dans l'enfance

Les chercheurs utilisent la PCR pour mesurer la longueur des télomères dans les globules blancs isolés de sang de cordon et d’échantillons de sang prélevé à 3, 5, 7 et 9 ans, chez 224 enfants. La longueur des télomères maternels a également été mesurée lors de l'accouchement. L’étude qui a suivi ainsi des enfants de la naissance à 9 ans révèle que :

 

  • La longueur des télomères de la mère est prédictive de la longueur des télomères du nouveau-né ; ce lien se poursuit jusqu'à la préadolescence ;
  • les télomères de la grande majorité des enfants raccourcissent avec l'âge mais chez quelques enfants, les télomères se sont allongés au cours de la période d'étude, un phénomène rare mais déjà observé lors de précédentes études ;
  • cependant certains enfants ont des télomères qui raccourcissent plus rapidement mais on ignore encore pourquoi ; les chercheurs font l’hypothèse que les télomères pourraient être sensibles aux polluants environnementaux ;
  • vers l’âge de 9 ans, la vitesse d’attrition des télomères se stabilise suggérant que leur longueur est désormais théoriquement prédictive de l’espérance de vie.

 

La petite enfance, une fenêtre déterminante pour l’espérance de vie ? «Compte tenu de l'importance de la longueur des télomères dans la santé cellulaire et le vieillissement, il est essentiel de comprendre la dynamique des télomères dans l'enfance», explique l'auteur principal, Julie Herbstman, professeur agrégé de sciences de la santé environnementale à la Columbia Mailman School : « Le taux rapide d'attrition des télomères entre la naissance et l'âge de 3 ans suggère que les télomères sont particulièrement sensibles aux influences environnementales au cours de cette fenêtre de développement, ce qui a des implications considérables ensuite pour la longévité ».

 

Certes, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les mécanismes biologiques à l'origine de la variabilité du taux d’attrition des télomères au cours des premières années de vie, ainsi que les facteurs environnementaux modifiables qui contribuent à ce taux d’attrition, et finalement contribuent à déterminer l’âge biologique et l’espérance de vie.