Actualités

EXERCICE : Des bénéfices cognitifs y compris en cas de trauma cérébral

Actualité publiée il y a 11 mois 3 semaines 4 jours
Neurocase
C'est une première démonstration de l’avantage possible de l'exercice sur la fonction cognitive en cas de lésion cérébrale traumatique (Visuel Adobe Stock 94550028)

Cette recherche de la Fondation Kesler (New Jersey) élargit les bénéfices cognitifs de la pratique de l’exercice aérobie chez les patients souffrant d'une perte de mémoire importante causée par un traumatisme cérébral. Cette étude pilote, publiée dans la revue Neurocase, apporte la preuve de concept de ce bénéfice cognitif en cas de lésion cérébrale traumatique.

 

Ici, c’est précisément la pratique du vélo aérobie qui permet d’améliorer la cognition chez les personnes souffrant d’une perte de mémoire liée à un trauma cérébral. Cet essai contrôlé randomisé de preuve de concept montre qu’un programme supervisé de seulement 12 semaines de pratique à intensité modérée permet d’améliorer la mémoire et la vitesse de traitement chez les personnes souffrant de déficits cognitifs invalidants causés par une lésion cérébrale traumatique.

C'est la 1ère étude du genre menée auprès de patients victimes de lésions cérébrales traumatiques

Cet essai pilote contrôlé randomisé en simple aveugle est mené avec 5 participants physiquement inactifs ayant 10 années d'antécédents de traumatisme crânien et de troubles sévères de la mémoire. Les participants ont été répartis au hasard pour suivre 12 semaines de pratique du vélo . Tous les participants ont subi des tests neuropsychologiques avant et après leurs 12 semaines d'exercice. L’expérience montre que le programme d'exercice apporte :

 

  • des améliorations de l'apprentissage verbal auditif et de la vitesse de traitement ;
  • des augmentations des volumes de l’hippocampe gauche, du cortex cérébelleux gauche et du cortex cérébelleux droit.

 

L'auteur principal, le Dr Wender, du Centre de recherche sur les lésions cérébrales traumatiques de la Fondation Kessler confirme ces bénéfices importants liés à l’exercice avec notamment des gains significatifs sur la vitesse de traitement et le volume du thalamus droit.

 

L’exercice, une intervention peu coûteuse, non invasive et facilement accessible s’avère donc une option prometteuse pour contrer les troubles cognitifs liés aux lésions cérébrales traumatiques. Il s’agit cependant d’une étude de petite taille dont les conclusions doivent encore être confirmées sur de plus larges échantillons.

 

Mais ces premiers résultats suggèrent déjà l'intérêt d'explorer plus avant les relations entre l'exercice physique, la cognition et les changements fonctionnels et structurels dans le cerveau, en cas de traumatisme.

Autres actualités sur le même thème