Vous recherchez une actualité
Actualités

FONTAINE de JOUVENCE : Une perfusion thérapeutique de cellules sanguines ?

Actualité publiée il y a 5 mois 6 jours 18 heures
Aging Cell
L'ADN des cellules sanguines reste stable et c’est bien ce qui définit leur âge

Cette équipe internationale découvre que l'ADN des cellules sanguines reste stable et c’est bien cet ADN qui définit leur âge. Ainsi, en cas de greffe, des cellules sanguines de donneurs jeunes vont rester jeunes même lorsque greffées chez des receveurs âgés. Les cellules sanguines pourraient être une clé majeure du vieillissement, selon cette étude de menée à l'Université Case Western Reserve et publiée dans la revue Aging Cell. Alors bientôt des perfusions thérapeutiques de cellules sanguines, pour rester jeune ?

 

L’auteur principal, le Dr Shigemi Matsuyama, biologiste cellulaire et professeur agrégé de médecine est spécialiste de « l’horloge ».  Son équipe a mesuré l'âge cellulaire de cellules sanguines transplantées de donneurs en bonne santé à des patients atteints de leucémie, en se concentrant sur des couples donneur-receveur d'âges très différents. Les chercheurs constatent que les cellules sanguines de donneurs jeunes restent jeunes chez les receveurs âgés. Non seulement les cellules sanguines jeunes ne vieillissent pas dans un corps plus âgé mais l’inverse est vrai : des cellules sanguines de donneurs adultes greffées chez un enfant, restent plus âgées. Et les cellules sanguines conservent leur âge intrinsèque près de 20 années après la greffe.

 

Une fontaine de jouvence ? La stabilité intrinsèque de l'âge de ces cellules suggère qu'elles pourraient être un fer de lance du vieillissement humain. En effet, ces cellules ne se laissent pas facilement influencer par leur environnement. Ainsi, les cellules sanguines conservent de manière stable leurs profils épigénétiques (méthylation de l'ADN) qui peuvent être utilisés pour calculer leur âge. Malgré des différences d'âge importantes entre le donneur et le receveur (jusqu'à 49 ans), l'âge de méthylation de l'ADN du sang transplanté reflète toujours l'âge du donneur, même après de nombreuses années d'exposition au corps du receveur.

 

La méthylation de l'ADN en tant que prédicteur de l'âge a été modélisée, en 2013 par le collaborateur du Dr Matsuyama, le biostatisticien Steve Horvath, PhD de l'Université de Californie à Los Angeles. C’est pourquoi les deux chercheurs ont collaboré pour étudier le mécanisme de l'horloge épigénétique des cellules sanguines. Ils souhaitaient mieux comprendre pourquoi l’âge est intrinsèque aux cellules et non défini ou modifié par des interactions avec d'autres cellules dans le corps.

 

Dans les cellules cancéreuses, l'horloge est cassée : les chercheurs montrent qu’a contrario, les modèles de méthylation de l'ADN sont instables dans les cellules sanguines cancéreuses et présentent souvent un vieillissement anormal.

 

Bientôt des perfusions thérapeutiques de cellules sanguines, pour rester jeune ? Il faudra encore de longues recherches. En particulier, parce que les scientifiques ignorent encore si les cellules sanguines servent d'horloge maîtresse pour la synchronisation des autres cellules.

Alors que de récentes études suggèrent que l'âge de l'ADN des cellules humaines peut être utilisé comme biomarqueur du risque de maladies associées à l'âge, il reste à découvrir le mécanisme de la méthylation de l'ADN dépendant de l'âge, à trouver le moyen de le freiner ou a minima, à comprendre comment des facteurs de mode de vie tels que le régime alimentaire, l'exercice et les niveaux d'oxygène influencent les horloges épigénétiques.