Vous recherchez une actualité
Actualités

FORME PHYSIQUE : Rien ne remplacera la pratique de l’exercice !

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 4 jours
European Heart Journal
Consacrer plus de temps à l'exercice (activité physique modérée à vigoureuse) induit immanquablement une meilleure forme physique (Visuel Adobe Stock 245150926).

Réduire son temps de sédentarité ? Marcher ? Faire un régime ? Ou pratiquer chaque jour un exercice modéré ou vigoureux ? Rien ne vaut une activité physique modérée à vigoureuse pour améliorer sa forme physique, conclut cette large analyse de données menée à la Boston University School of Medicine (BUSM). Une analyse dont la conclusion peut sembler évidente mais qui permet de mieux comprendre la relation entre l'activité régulière et la forme physique : consacrer plus de temps à l'exercice (activité physique modérée à vigoureuse) induit immanquablement une meilleure forme physique.

 

Cette analyse de données de la fameuse Framingham Heart Study précise aussi la relation entre différentes formes d'activité physique et différentes mesures de la condition physique et apporte des repères, aux patients et aux médecins de soins primaires, pour optimiser la condition physique et la santé globale tout au long de la vie.

Précisément et après prise en compte des facteurs de risque cliniques, les augmentations du nombre de pas/jour et de l'activité physique modérée à vigoureuse et la réduction de la sédentarité sont toutes associées à des aspects distincts de la condition cardiorespiratoire (mesurée par la VO2) au cours de l'initiation, du niveau précoce-modéré, de l'exercice de pointe et de la récupération (Schéma European Heart Journal)

 

L’équipe du Dr Matthew Nayor, professeur de médecine à la BUSM a ainsi suivi durant 8 ans 2.000 participants, âgés en moyenne de 54 ans, ayant subi à l’inclusion des tests d'exercice cardio-pulmonaire complets afin d’obtenir un score indiscutable de condition physique. Les mesures de la condition physique ont été rapprochées des données d'activité physique objectives, obtenues à l'aide d'accéléromètres portés durant une semaine à « l'époque » des des tests d'exercice cardiopulmonaire. L’analyse confirme que :

  • l'exercice physique modéré à vigoureux est le facteur le plus efficace pour améliorer la condition physique ;

  • l'exercice est 3 fois plus efficace que la marche et plus de 14 fois plus efficace que la réduction du temps passé en situation de sédentarité à améliorer la condition physique ;
  • plus le temps passé à pratiquer l'exercice et le nombre de pas/jour sont élevés, et mieux sont compensés les effets négatifs de la sédentarité ;
  • après prise en compte des facteurs de risque cliniques, les augmentations du nombre de pas/jour et de l'activité physique modérée à vigoureuse et la réduction de la sédentarité sont 3 facteurs associés à des aspects distincts de la condition cardiorespiratoire (mesurée par la VO2) au cours de l'initiation, du niveau précoce-modéré, de l'exercice de pointe et de la récupération ;
  • cependant l’impact de l’exercice physique reste le plus élevé sur la forme physique ;
  • ces résultats valent toujours après prise en compte de l’âge, du sexe, de l’obésité et du risque cardiovasculaire ;
  • une augmentation de 17 min d’activité par jour ou d’environ 4.000 pas/jour ou encore une réduction de 4 heures de sédentarité par jour correspondent à une augmentation de VO2 de 5 % : ce qui suggère un impact plus réduit de la réduction de la sédentarité sur l’amélioration de la condition physique.

 

Au-delà, les chercheurs apportent une évaluation détaillée des relations entre différents types d’activité physique et la condition cardiorespiratoire.

En conclusion, l’étude suggère de consacrer du temps, régulièrement, à la pratique de l’exercice pour une meilleure condition physique objective.

Autres actualités sur le même thème