Vous recherchez une actualité
Actualités

HERPÈS GÉNITAL : Vers un nouveau vaccin « stérilisant »

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 5 heures
Science Immunology
Le candidat vaccin conduit à « une immunité stérilisante » contre le virus

Le nouveau vaccin développé par cette équipe de l’École de médecine de l'Université de Pennsylvanie est très prometteur : il vient de faire ses preuves chez les souris et des cobayes. Leur vaccination a conduit à « une immunité stérilisante » contre le virus, le type d'immunité le plus puissant qui permet de détruire le virus avant qu'il n'infecte les cellules de l'organisme. Un point important alors qu’après primo infection, le virus s'installe dans l'organisme et y reste à l’état latent. Ces nouvelles données présentées dans la revue Science Immunology, suggèrent un nouveau mode de prévention inestimable pour de nombreux adultes dans le monde.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

L'herpès génital, également appelé virus de l'herpès simplex de type 2 ou HSV-2, est la maladie transmise sexuellement la plus répandue. On estime que 11 à 14% des adultes âgés de 14 à 59 ans sont infectés dans le monde. Le HSV-2 peut provoquer des plaies douloureuses pouvant se propager à d’autres parties du corps. Le virus augmente également le risque de contracter le VIH et les femmes enceintes infectées peuvent transmettre l'herpès au fœtus ou, plus généralement, au bébé lors de l'accouchement. Le HSV-2 entraîne des symptômes physiques mais aussi un lourd impact émotionnel. Les personnes doivent vivre en effet avec la préoccupation de pouvoir transmettre la maladie.

L'herpès génital, également appelé virus de l'herpès simplex de type 2 ou HSV-2, est la maladie transmise sexuellement la plus répandue.

Le candidat apporte le type d'immunité le plus puissant chez l’animal

Cette approche vaccinale diffère des autres vaccins contre l'herpès, qui reposent principalement sur le blocage de l'entrée du virus. Ce développement s’appuie sur de récentes recherches de pointe en cancérologie et en immunothérapie :  le vaccin comprend un ARN messager (ARNm) spécifique, capable de produire les protéines nécessaires à une réponse immunitaire puissante. Ce vaccin stimule ainsi 3 types d'anticorps :

  • le premier empêche le virus de l'herpès de pénétrer dans les cellules,
  • les 2 autres « font en sorte » que le virus ne désactive pas les fonctions de protection du système immunitaire inné.

 

 

Une expérience concluant chez deux modèles animaux :

  • Ici, l’équipe administre le candidat vaccin à 64 souris exposées ensuite à l'herpès génital. Les chercheurs constatent que 63 souris sur 64 ont, à 28 jours, acquis une immunité stérilisante, ce qui signifie l’absence de toute trace d’infection à l’herpès ou maladie post-exposition. La seule souris n’ayant pas acquis cette immunité « parfaite » a développé une infection latente mais sans développement ni symptôme de la maladie génitale.
  • La même expérience, menée chez 10 cobayes- qui sont de bons modèles de réponse humaine aux infections herpétiques-, montre qu’aucun animal n'a développé de lésions génitales. 2 seulement ont présenté des signes d'infection, mais l'infection n'était pas suffisamment sévère pour qu’il puisse y avoir transmission virale à d’autres animaux.

Des résultats très encourageant chez ces modèles animaux, commente l’auteur principal, le Dr Harvey Friedman, professeur d’infectiologie : « Sur la base de ces premiers résultats, nous espérons que ce vaccin pourra faire l’objet d’essais cliniques (chez l'Homme) qui permettront de confirmer son efficacité et sa sécurité ».

 

Comme l'herpès est très répandu, mais souvent non détecté, ce candidat vaccin, s’il confirmait son efficacité, constituerait une protection inestimable pour de nombreux adultes dans le monde.