Vous recherchez une actualité
Actualités

HÔPITAL : Le nombre d’infirmier(e)s fait le niveau de satisfaction des patients

Actualité publiée il y a 1 année 7 mois 2 semaines
BMJ Open
Le point de vue défavorable des patients sur la qualité des soins hospitaliers est fortement lié au nombre d'infirmiers

Le point de vue défavorable des patients sur la qualité des soins hospitaliers est fortement lié au nombre d'infirmiers, révèle cette étude internationale, menée à la School of Nursing de l’Université de Pennsylvanie et publiée dans le British Medical Journal Open. Non seulement les chercheurs suggèrent que la seule augmentation des effectifs… pourrait relever le niveau de satisfaction à l'égard de la qualité des soins, mais estiment, très précisément, la baisse de satisfaction à 40%, dans les hôpitaux où une infirmière prend soin de 10 patients au lieu des 6 patients « recommandés » (en Angleterre).

Les chercheurs de nombreux instituts internationaux ont analysé les données de l'enquête nationale NHS portant sur plus de 66.000 patients hospitalisés et les effectifs d’infirmières associés de 161 services et établissements du National Health Service britannique. Les patients répondants ont été invités à évaluer la qualité des soins reçus, la confiance ressentie envers leurs médecins et leurs infirmières, et de donner leur avis sur l’effectif d'infirmières disponible pour prodiguer les soins. Une autre enquête, la RN4CAST-England study, a été menée auprès de plus de 3.000 infirmières travaillant dans des services généraux de médecine et de chirurgie de 46 hôpitaux. Les infirmières ont été interrogées sur leur charge de travail et sur différents aspects de leur environnement et conditions de travail, tels que les ressources disponibles, le soutien, les relations interpersonnelles et le management. Les données des 2 enquêtes ont été rapprochées afin de pouvoir estimer si, et dans quelle mesure, les effectifs infirmiers affectaient le jugement des patients. L’analyse montre :

  • qu’un ou une infirmière doit prendre soin de 5,6 à 11,6 patients ;
  • un niveau de confiance exprimé par patients similaires pour les infirmières et pour les médecins ;
  • 3 patients sur 4 ont déclaré avoir confiance en leurs cliniciens et leurs infirmiers ;
  • seulement 60% ont jugé cependant les effectifs infirmiers suffisants pour « bien s’occuper d’eux » ;
  • 10% des patients déclarent qu’il n’y a « jamais ou rarement » assez d'infirmières en service ;
  • le nombre d'infirmières s’avère étroitement lié à la façon dont les patients considèrent la qualité des soins hospitaliers ;
  • si 57% des patients estiment qu'il y a toujours ou presque toujours assez d'infirmières en service, 25% estiment que c'est «parfois» le cas…

 

 

6 patients par infirmière, pour une meilleure qualité de soins : après avoir pris en compte les facteurs de confusion possibles, les chercheurs estiment que la probabilité que les patients déclarent que les effectifs infirmiers sont suffisants est réduite d’environ 40% lorsque l'infirmière prend soin de 10 patients au lieu de 6.

 

Les infirmières se plaignent aussi : les infirmières estiment également qu'elles n'ont pas toujours le temps de fournir les soins nécessaires :

  • environ 7% d'entre elles citent en particulier la gestion de la douleur,
  • mais plus de la moitié (52%) pensent ne pas avoir non plus le temps d’expliquer et de préparer suffisamment les patients et leurs proches à la gestion des soins après la sortie de l’hôpital ;
  • enfin 65% des personnels infirmiers estiment ne pas avoir le temps de « réconforter » les patients.

 

 

Le nombre de patients par infirmier, un vrai critère de mesure de qualité des soins : Plus le ratio patient / infirmière est faible plus le nombre d'épisodes de soins nécessaires mais « manqués » est faible. Des charges de travail plus faibles sont également associées à de meilleurs environnements de travail qui, à leur tour, sont associés à moins d’erreurs dans les soins.

 

Bref des résultats certes sans surprise qui confirment que la réduction des effectifs infirmiers est à la fois facteur de réduction de la qualité des soins, mais aussi de réduction de la satisfaction des patients ainsi que, très probablement de taux plus élevés de réadmission.

Autres actualités sur le même thème